Sur le plan politique au sein du MSM, les séquelles du remaniement ministériel devraient se préciser dès cette fin de semaine. Remaniement qui, on le rappelle, s’est concrétisé hier avec la promotion de Fazila Daureeawoo au poste de vice-Première ministre. Les premiers signes de malaise au Sun Trust se font déjà sentir, notamment suite à l’absence inexpliquée du mentor minister, sir Anerood Jugnauth, à la State House pour la cérémonie de prestation de serment de la première Mauricienne accédant au Front Bench d’un gouvernement. Ensuite, il y a la menace de démission du Private Parliamentary Secretary (PPS) à l’est de l’île, Raj Rampertab. Il a fallu l’intervention d’un nominé politique à la tête d’une des institutions parapubliques pour calmer le jeu, évitant du même coup une démission de ce PPS de son poste et de son parti, annoncée pour aujourd’hui. Toutefois, la donne politique dans le match à distance entre « Lakwizinn » à l’hôtel du gouvernement et le Sun Trust, qui reste hors du contrôle du Premier ministre, Pravind Jugnauth, demeure le cas de Showkutally Soodhun. Ce dernier prévoit d’animer une réunion politique dans sa circonscription de La Caverne/Phoenix alors que le leader du MSM se trouvera, lui, à Rodrigues en mission officielle (voir derniers développements plus loin).
D’aucuns affirment que les apparatchiks installés à l’hôtel du gouvernement tentent d’anticiper le premier “move” politique de Showkutally Soodhun depuis sa démission forcée en tant que vice-Premier ministre et ministre du Logement et des Terres. Ses déclarations de ce soir devront être analysées dans les moindres détails en vue de déceler des grandes lignes de ses prochaines actions. A hier après-midi, l’ancien No 4 du gouvernement se disait très remonté contre la direction du MSM pour l’avoir tenu à l’écart lors de l’exercice de « Fill in the Blanks » au sein du gouvernement. Il semblerait depuis que les choses auraient évolué.
D’ailleurs, Showkutally Soodhun était sous l’impression qu’après le communiqué émis par le Cabinet’s Office lundi sur la hiérarchie gouvernementale, il ne devait pas y avoir de remaniement, ou tout au moins le poste de No 4 du Front Bench n’allait pas être rempli. Ce fut à la suite d’un appel d’un de ses contacts politiques à la mi-journée de mercredi, alors que les jeux étaient faits, que le président du MSM allait apprendre les détails du remaniement ministériel. Depuis, il a pris la décision de préparer sa sortie politique de ce soir en dressant un bilan complet de son passage au ministère du Logement, avec une liste contenant toutes les maisons de la National Housing Development Company allouées sous sa tutelle.
La réunion politique animée par Showkutally Soodhun à Phoenix ce soir devra être l’occasion pour ce dernier d’expliquer sa position dans la conjoncture politique. D’autant plus qu’il est présenté comme un des fidèles lieutenants politiques de sir Anerood Jugnauth. Les conseils de ce dernier devront peser de leur poids dans la démarche de l’ancien No 4. D’aucuns affirment que depuis ces dernières 24 heures, des contacts ont été établis en vue de « calmer le jeu politique portant préjudice aux intérêts du MSM ». Il semblerait que, depuis, les choses auraient évolué, avec une opération « pas sifon avek mop sal dan lakaz mama ».
Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien indiquent que l’actuel président du MSM aurait fait part de son mécontentement au ministre mentor. Néanmoins, d’autres sources avancent qu’il ne faut pas faire l’amalgame au sujet de l’absence de sir Anerood Jugnauth à la cérémonie de prestation de serment de Fazila Daureeawoo et de Roubina Jadoo-Jaunbocus à la State House hier matin. Si certains avancent qu’il ne serait « pas en forme » pour justifier cette absence, d’autres laissent entendre à voix basse que sir Anerood Jugnauth n’approuverait pas certaines décisions prises.
Le véritable test politique du remaniement pour le MSM se pose au niveau de la présidence du parti. Une aile au Sun Trust aurait envisagé l’option d’enlever cette responsabilité des mains de Showkutally Soodhun au vu des 14 dossiers d’enquêtes instruites contre lui. Il y a également de forts lobbies qui s’exercent en vue de « récompenser » le transfuge Joe Lesjongard avec la présidence du MSM, comme à l’époque. Mais les séquelles politiques de ce changement sont à craindre, car Showkutally Soodhun pourrait mette à exécution son plan de démission du MSM et, pourquoi pas, de l’Assemblée nationale pour provoquer une partielle. Entre-temps, ce changement à la tête du MSM aurait été mis en sourdine sur les conseils des « aînés » du parti, car les risques sont considérés comme « énormes ».
Depuis la mi-journée d’hier, le leadership du MSM a dû jouer « aux pompiers politiques » pour circonscrire le sinistre causé par le PPS Rampertab. Il avait brandi la menace de démission de son poste et même du parti. Mais très vite, à la lumière d’un aller-retour d’un nominé politique, le tour était joué. Une opération « bat lakol » a vite été enclenchée à travers des émissaires du Prime Minister’s Office et un proche du principal concerné. Le calme est finalement revenu dans l’après-midi, le PPS indiquant qu’il n’a « aucune raison de démissionner » à la suite de sa rencontre avec Pravind Jugnauth. Ce dernier serait remonté après que ce scénario de démission ait été traîné sur la place publique.
Un autre front de malaise se fait grandissant entre les proches de « Lakwizinn » et les « die hard » du Sun Trust. La vieille garde orange déplore un accaparement des ministères clés à certains proches de Pravind Jugnauth, à l’instar de Mahen Jhugroo, nommé au portefeuille du Logement et des Terres, ainsi que Etienne Sinatambou, qui hérité du double “folio” de la Sécurité sociale et de l’Environnement. Pour l’instant, les mécontents sont en mode “sitting on the fence”. On annonce déjà que le week-end sera riche en pourparlers politiques au sein du MSM.
À l’instar de Bashir Jahangeer, qui trouve que « le Premier ministre pense probablement que je ne suis pas assez compétent pour me promouvoir ». Toutefois, il devait ajouter au Mauricien : « Je l’ai tout le temps dit. Je pense être le meilleur candidat, après Showkutally Soodhun, pour m’occuper de dossiers spécifiques. À présent, nous ne savons pas qui s’occupera du dossier Hadj, entre autres. Fazila Jeewa Daureeawoo en assumera-t-elle la responsabilité ? ».