A la veille de la rentrée parlementaire, des développements sont intervenus dans le dossier de l’opération Lakaz Lerwa Lion, plus particulièrement l’enquête sur les incidents dans le bungalow de Navin Ramgoolam-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011. Sur la base des conclusions de l’enquête du Central CID, initiée il y a une quinzaine de mois, l’Office of the Director of Pubklic Prosecutions n’aurait pas soutenu la décision de la police pour accorder l’immunité à la Star Witness, Rakesh Gooljaury dans cette enquête.
La décision retenue est que le directeur de Fashion Style et ancien partenaire d’affaires de Nandanee Soornack, Rakesh Gooljaury, devra être poursuivi au criminel pour le délit de «Effeting Public Mischief » avec la première déposition consignée dans la matinée du 3 juillet 2011 où il avait assumé «  la charge de ces incidents » tout en protégeant l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, qui était alors en compagnie de Nandanee Soornack.  Dans un premier temps, à la réception du dossier du Central CID, en août de  l’année dernière, le DPP avait retourné le dossier à la police en exigeant une « Further Statement » de Rakesh Gooljaury avant toute décision formelle.
D’autre part, le bureau du DPP a retenu les recommandations des enquêteurs à l’effet que Navin Ramgoolam, l’ancien directeur du National Security Servcice (NSS), Dev Jokhoo, et l’’ancien patron de la VIPSU, l’ex-Deputy Commissioner of Police Ravine Sooroojebally, soient poursuivis au criminel pour le délit de Conspiracy. La confirmation officielle devra être obtenue lors du Question Time du jour à l’Assemblée national  avec une interpellation du Chief Whip, Mahen Jhugroo, au Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, sur l’affaire de Roches-Noires.