OPÉRATION LAKAZ LERWA LION : Rakesh Gooljaury rattrapé avec Women Secrets

L’ancien partenaire d’affaires de Nandanee Soornack : « Mo konfirme mo pa finn gagn okenn gain finansie pou sanz mo depozision »
  • Me Gujadhur, conseil légal de Dev Jokhoo : « Tou dimounn koz manti, zis ou (Rakesh Gooljaury) dir la verite »
  • Rakesh Gooljaury confronté à un booking à l’hôtel Prince Maurice au nom de Bhadain et des membres de sa famille

Avec la reprise du procès instruit contre l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam, au sujet de l’agression à Roches-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011, le Star Witness Rakesh Gooljaury s’est fait rattraper par l’enseigne Women Secrets. S’appuyant sur un article de pesse publié dans l’édition de Week-End d’hier au sujet d’un come-back de l’ancien partenaire d’affaires de Nandanee Soornack avec la boutique Women Secrets et la boulangerie Paul au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport, Me Mooloo Gujadhur, qui assure la défense de l’ancien directeur général du National Security Service (NSS) Dev Jokhoo, a acculé le témoin au sujet de ses deals. Face à la succession de révélations, Rakesh Gooljaury a tout simplement déclaré que « mo konfirme mo pa finn gagn okenn gain finansie pou sanz mo depozision ». Toutefois, il a été avare de détails au sujet de son endettement auprès de la MauBank et de l’AfrAsia Bank, poussant l’homme de loi à soutenir que le montant auprès de la Maubank est supérieur à Rs 525 millions.

 

A un certain moment de son interrogatoire, Me Gujadhur a confronté le témoin à une réservation d’hôtel en son nom pour l’ancien ministre Bhadain et des membres de sa famille. Rakesh Gooljaury a concédé avoir effectué cette réservation pour Roshi Bhadain pour deux nuits. Il a ajouté que la note d’hôtel pour « two nights upgraded for around Rs 70 000 ».
D’entrée de jeu, Me Gujadhur a axé sa ligne d’interrogatoire sur le come-back annoncé de Rakesh Gooljaury au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport, notamment sous l’enseigne de la Mauritius Duty Free Paradise. Il a trouvé que les informations publiées au sujet de Women Secrets ou encore de Paul (spécialiste en boulangerie et pâtisserie) ne seraient pas fondées. Dans le box des témoins, il a dit ne pas savoir qui était le propriétaire de la boutique Women Secrets ou encore de Paul à l’aéroport.
Me Gujadhur a également repris le témoin en ce qui concerne les différentes versions au sujet de la vente des marques qui étaient sous son contrôle, notamment Swarovski. Il avait d’abord déclaré avoir donné la représentation de cette marque à sa nouvelle copine Hossen. Aupravant, il avait fait comprendre à une question de Me Gavin Glover, Senior Counsel, qu’il l’avait transférée à son cousin Chooramun. Cet épisode devait donner lieu à de houleux échanges entre les hommes de loi, Me Gujadhur et Me Naidoo, représentant le Directeur des Poursuites Publiques.
De son côté, Rakesh Goolkjaury a répété n’avoir obtenu aucun gain financier en changeant sa version des faits au début de 2015, soit au lendemain des élections générales du 10 décembre 2014 avec Me Gujadhur le confrontant au fait qu’il n’a fait que changer de versions des faits. Interrogé au sujet de ses nouveaux dealings présumés avec Women Secrets à l’aéroport, le témoin a nié toute connaissance de ces affaires. « Tout ça c’est faux », devait-il dire. Ce à quoi, Me Gujadhur a rétorqué « tou dimounn koz manti, zis ou (Rakesh Gooljarury) dir la verite ».
Le Star Witness a feint ne pas connaître le montant de ses dettes auprès de deux banques commerciales, la MauBank et AfrAsia Bank. « Mo pena sif exak avec MauBank. Mo ti ena enn loan de Rs 280 M ek AfrAsia presk Rs 250 M… Mo bizin verifie », devait-il ajouter. Devant cette attitude du témoin, l’homme de loi de Dev Jokhoo a révélé que les dettes à la Maubank sont au-dessus des Rs 525 millions.
Le contre-interrogatoire de Rakesh Gooljaury se poursuivait à la mi-journée avec le montant d’alimony versé à son ancienne épouse suite à son divorce. Il avait promis la somme de Rs 200 000 par mois. Il devait également faire état des événements au bungalow de Navin Ramgoolam à Roches-Noires après les incidents de juillet 2011.