« Il a été l’un des pires Attorney General que Maurice a connu », a estimé le leader du Parti travailliste, Navin Ramgoolam, en parlant de Ravi Yerrigadoo, lundi après-midi. Déclaration faite après une cérémonie de dépôt de gerbes au Samadhi de sir Seewoosagur Ramgoolam, au Jardin botanique de Pamplemousses.
Navin Ramgoolam espère que les erreurs commises par l’ex-Attorney General Ravi Yerrigadoo ne seront pas réitérées par son remplaçant, le député Maneesh Gobin. « Il sera difficile de commettre ces mêmes erreurs. Je n’ai pas vu de pire d’Attorney General que Ravi Yerrigadoo », a déclaré Navin Ramgoolam, qui soutient ne pas connaître Maneesh Gobin, bien qu’il « connaissait son père qui était un député du PTr ».
Navin Ramgoolam souhaite que l’enquête menée dans cette affaire ne soit pas « bâclée comme dans le cas de Navind Kistnah ». Il avance que ceux qui enquêtent sur ce présumé trafiquant de drogue ont été mis de côté. « Que chacun prenne ses responsabilités, a lancé le leader du PTr, car ceux qui veulent dire des faussetés et prendre de mauvaises décisions répondront dans le futur. »
Le leader des Rouges ajoute que le plus important est de savoir quelle structure financière voulait mettre en place l’ex-Attorney General et au profit de qui. S’il revient au pouvoir, Navin Ramgoolam songe à apporter deux amendements à la Constitution sur le choix d’un Attorney General à Maurice. Pour lui, l’Attorney General doit être une personne apolitique comptant 15 ans d’expérience au barreau.
Faisant l’historique de la vie de Sir Seewoosagur Ramgoolam, il avance que ce dernier a « défendu les sans voix » et ajoute que « le plus grand cadeau qu’il a offert à la population mauricienne est la liberté du joug colonial ». Selon Navin Ramgoolam, personne ne pourra effacer la mémoire de son père « comme veulent le faire les Jugnauth ».
Le leader du PTr a également affirmé qu’il sera présent dans la circonscription numéro 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes) pour la campagne électorale en vue de la partielle. Son parti a aligné Arvin Boolell dans cette course. S’agissant de la date choisie par le gouvernement pour cette élection partielle, soit le 17 décembre, Navin Ramgoolam soutient que le choix n’est pas une coïncidence. Il dit savoir « ce que veut faire le gouvernement ».
Le leader des rouges ne croit pas que le MMM sauvera le pays, mais dit que ce parti a aussi « détruit le pays après l’indépendance ». Navin Ramgoolam dit avoir noté une régression d’au moins 50 ans du pays. « C’est la démocratisation à l’envers », dit-il, ajoutant que « le pays a hérité de personnes assoiffées par le pouvoir, l’argent et qui appliquent une politique de vengeance ».
Lors de cette cérémonie de dépôt de gerbes, l’habitant de La Butte, Azam Rujubali, a été aperçu, de même que quelques proches de sa famille. Veena Ramgoolam, l’épouse de Navin Ramgoolam, était absente.