L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a été sollicitée, à la fin du mois de mars, pour enquêter sur l’utilisation d’une carte de crédit appartenant à l’Université des Technologies (UTM).

Un dossier moins sulfureux que celui impliquant l’ex-Présidente de la République mais qui aurait un parfum de scandale similaire et également de “public officers using office for gratification”, selon le dénonciateur.

Une lettre anonyme, envoyée également au Premier ministre et au ministre de l’Éducation, entre autres, fait état d’un voyage effectué par le directeur général de l’UTM à New Delhi dans le cadre du 12e FCCI Higher Education Summit du 10 au 12 novembre 2016 et durant lequel la carte de crédit de l’UTM – réservée, selon les procédures, à l’achat strict de matériels académiques suivant l’approbation du board de directeurs – a été utilisée. Or, cette carte, placée sous la responsabilité du directeur des Finances, aurait servi à un paiement en ligne de 21,306 roupies indiennes supplémen- taires afin de régler le déplacement du directeur général de l’UTM de New Delhi à Varanasi le samedi 12 novembre 2016 pour une visite de courtoisie à l’Université Banarasi Hindu.

Cela, sans l’approbation du conseil d’administration ou du Président du board. D’où les dénonciations impliquant le directeur général, l’acting Registrar ainsi que l’acting Head of Finances de l’UTM sur lesquels le whistleblower demande à l’ICAC d’enquêter. Affaire à suivre.