L’Union bancaire francophone a été officiellement lancée vendredi dernier à Paris par 20 associations et fédérations d’associations bancaires, avec le soutien de l’Organisation internationale de la francophonie. Maurice en fait partie par le truchement de la Mauritius Bankers Association.
Le comité de pilotage de l’Union bancaire francophone s’est réuni le 14 juin dans les locaux de la Fédération bancaire française (FBF). Les membres présents, directeurs généraux et représentants des associations bancaires de 16 pays ainsi que de l’Union des banques arabes, l’Union des banques maghrébines, les Fédérations des associations bancaires de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine) et de la CEMAC (Commission de la Communauté économique et monétaire
de l’Afrique centrale), l’Organisation internationale de la francophonie et la Commission de l’UEMOA ont signé la charte qui définit les objectifs et l’organisation de l’Union bancaire francophone. La Mauritius Bankers Association (MBA) y était représentée par son chief executive, Aisha Timol.
Les associations bancaires venaient des pays suivants : Algérie, Belgique, Bénin, Cameroun, Canada, Côte d’Ivoire, France, Liban, Luxembourg, Maroc, Maurice, Mauritanie, Monaco, République démocratique du Congo, Suisse, Tunisie.
L’UEMOA est, elle, composée des pays suivants : Benin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo.
Un communiqué émis à l’issue de la réunion de Paris indique que les associations professionnelles signataires de la charte de l’Union bancaire francophone s’engagent, dans la mesure du possible, à : encourager la collecte et la circulation d’information, ainsi que la connaissance mutuelle entre les membres et le partage des bonnes pratiques sur les sujets d’intérêt commun ; favoriser la coopération internationale dans les milieux professionnels, dans l’esprit de solidarité qui anime la Francophonie, afin d’apporter des réponses concrètes aux défis que les associations partagent ; échanger leur savoir et la connaissance scientifique ; échanger des expériences ; et mutualiser leurs efforts, notamment en matière de préparation de certaines manifestations nationales ou internationales.
Le communiqué ajoute que le secrétaire général de la Francophonie, le président Abdou DIOUF, avait pris part à la première conférence de l’Union bancaire francophone organisée à Marrakech le 20 septembre dernier et avait confirmé la vocation de l’union à devenir un partenaire de l’Organisation internationale de la francophonie. L’Union bancaire francophone disposera d’un site internet dédié qui donnera accès aux sites des associations bancaires professionnelles membres et contiendra les informations et les données relatives à l’union et à ses travaux, ainsi qu’à tout autre élément sur lequel les membres se mettraient d’accord.
Initiative lancée par plusieurs associations bancaires en septembre 2010 en vue de créer un réseau de mise en commun d’informations et d’échange sur les principaux sujets intéressant les communautés bancaires des pays francophones, l’union avait tenu sa première conférence en septembre 2012 à Marrakech, au Maroc, conférence au cours de laquelle les délégués avaient discuté de l’accompagnement des micro entreprises ainsi que des petites et moyennes entreprises. La prochaine conférence se tiendra à Bruxelles en 2014.