À une semaine de la reprise des travaux de l’Assemblée nationale, après trois mois de vacances,  les partis en présence, que ce soit au sein du gouvernement avec les remous de l’opération « Goldfinger » ou dans les rangs de l’opposition, affûtent les armes. D’ailleurs, les premières Parliamentary Questions (PQs), déposées au secrétariat de l’Assemblée nationale en fin de semaine dernière, donnent déjà le ton qui pourrait prévaloir lors des échanges au sein de l’hémicycle; alors qu’à ce jour, le leader de l’opposition, Paul Bérenger, gardera jalousement la teneur de la Private Notice Question (PNQ), qui ouvrira la saison 2016 du Question Time. Du côté du MMM, avec la question abordée lors des délibérations du Bureau politique d’hier, l’heure est à l’offensive sur les « scandales et autres maldonnes » dans la gestion des affaires du pays par le gouvernement de l’Alliance Lepep. Mais avant tout, l’Assemblée nationale devra régler un problème de nature pratique au sujet du déroulement du Question Time, le doyen des parlementaires et Leader of the House, sir Anerood Jugnauth, cumulant d’importantes responsabilités ministérielles, dont celles des Finances, de la MBC ou encore de la National Development Unit (NDU).
En ce début de semaine, à la veille des travaux parlementaires, la tension est palpable dans les rangs de l’Alliance Lepep suite aux pressions exercées dans le sillage de l’opération « Goldfinger » avec l’ancien ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, dont l’Euro-Loan de 1,1 million à 1,5% par an de la State Bank of Mauritius (SBM) fait l’objet d’une Preliminary Inquiry de la part de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC). Puis, le congé de maladie prolongé d’une semaine fait que Vishnu Lutchmeenaraidoo se trouve dans un « political no man’s land », en attendant au moins la réunion du groupe parlementaire de la majorité gouvernementale de lundi prochain. Lors de ces échanges, les parlementaires de la majorité devront avoir une meilleure idée des données politiques sur l’échiquier.
Difficile à dire à ce stade si pour la rentrée parlementaire de mardi prochain, le nouveau ministre des Affaires étrangères sera rétabli pour reprendre ses fonctions au sein du gouvernement. En tout cas avec sa nouvelle semaine de congé suite à une troisième rechute, Vishnu Lutchmeenaraidoo ne devrait pas participer à la réunion du Conseil des ministres à la fin de cette semaine. En parallèle, l’enquête de l’ICAC, initiée avec la levée par la Cour suprême du secret bancaire, devrait avoir connu des progrès. D’autant plus que des représentants de la State Bank of Mauritius devront être entendus dans « l’Euro-Loan Saga » vers la fin de cette semaine au plus tôt.
Un autre développement dans les rangs de L’Alliance Lepep, qui devra se concrétiser au sein de l’hémicycle mardi prochain, est la confirmation de la fronde Sangeet Fowdar, député en instance de divorce de son parti, le Muvman Liberater (ML). Ainsi, dès mardi, de nouveaux seating arrangements sont à prévoir, vu que Sangeet Fowdar ne devrait plus siéger dans les travées du gouvernement, comme c’est le cas jusqu’ici pour la parlementaire Danielle Selvon.
De son côté, l’opposition parlementaire se prépare à passer à l’offensive avec les premières interpellations des députés du MMM complémentées par celles venant des députés du Parti travailliste (PTr), menés par le chef de file, Shakeel Mohamed, et le Muvman Patriotique d’Alan Ganoo. Les fidèles au Question Time se sont déjà signalés, dont le Whip, Rajesh Bhagwan, interpellant le Premier ministre sur les Senior Advisers au Prime Minister’s Office, Prakash Maunthrooa et Dev Beekharry. Il veut savoir les salaires et allocations mensuels, dont bénéficient ces deux nominés politiques, la date de leur entrée en fonctions de même que la liste des missions étrangères et des allocations versées respectivement à cet effet.
Le même député du MMM reviendra à la charge avec les frasques foncières de Rakesh Gooljaury, ancien partenaire d’affaires de Nandanee Soornack, devenu aujourd’hui incontournable dans les comptes politiques et autres de l’Alliance Lepep. Rajesh Bhagwan s’intéresse à la construction de bungalows et d’appartements à Belle-Mare sur des terres de l’État par ce même Gooljaury. Le vice-Premier ministre et ministre des Terres, Showkutally Soodhun, devra révéler si une demande pour l’octroi de State Land a été déposée officiellement, la teneur de la Letter of Intent, la superficie des Pas Géométriques allouée de même que le calendrier des travaux.
De son côté, le député Reza Uteem remettra à l’ordre du jour l’écroulement de l’empire Rawat avec des « ponzi-like schemes » de Rs 25 milliards du groupe BAI. Il voudrait obtenir du Premier ministre un update des enquêtes instruites par le Central CID, notamment le nombre de suspects interpellés et inculpés, et si des procès au criminel ont déjà été engagés. À ce même chapitre, le député Adil Ameer Meea interpellera le ministre de la Bonne gouvernance, Roshi Bhadain, sur le repaiement des victimes du Super Cash Back Gold. Il demandera au ministre de révéler le nombre de détenteurs de police d’assurance, qui n’ont pas encore bénéficié du remboursement de la première tranche des Rs 500 000, les raisons de cet état de choses, la décision par rapport aux placements effectués par les institutions et quand les Zero-Coupon Debentures seront émis.
Les autres interpellations déjà déposées au secrétariat de l’Assemblée nationale touchent à la privatisation de la Central Water Authority (CWA), aux détails du financement et de la construction de Heritage City à Bagatelle (Reza Uteem) ; aux différentes missions à l’étranger du vice-Premier ministre, Showkutally Soodhun, et du ministre Roshi Bhadain (Rajesh Bhagwan) ; aux instructions du ministère pour interdire Joseph Mounawah de la Fédération de Judo (Franco Quirin), à la controverse sur la Methadone Therapy (Zouberr Joomaye), au projet de Nine-Year Schooling et à la Selective Examination de fin de cycle primaire.
Avec le coup d’envoi de la tranche du Question Time, un cas particulier se présente dans la mesure où, à ce jour, outre ses dossiers sous le Prime Minister’s Office, sir Anerood Jugnauth devra répondre des interpellations relevant du ministère des Finances et également de la MBC et de la NDU. La question qui se pose est si les trente minutes du Prime Minister’s Question Time seront suffisantes ou s’il y a lieu de voir SAJ répondre à d’autres PQs lors de la séance normale du Question Time. Des éclaircissements seront recherchés par l’opposition auprès de la Chair au moment opportun.
« À la fin de l’année dernière, nous avions en face de nous un gouvernement plein d’arrogance. Mais aujourd’hui, ce gouvernement ressemble au Titanic en train de faire naufrage. Un very senior minister est dans l’incertitude la plus totale pour avoir été tenté par des spéculations sur l’or, et l’enquête de l’ICAC n’a fait que démarrer. Il y a le cas d’un autre député de la majorité, qui est en délicatesse, pour avoir dit ses quatre vérités au gouvernement en matière de politique de petits copains. Politique qui est dénoncée systématiquement par l’opposition. Dans un tel contexte, l’opposition se prépare à passer à l’offensive et il n’y a pas de dossiers qui manquent », souligne le Whip de l’opposition dans une déclaration au Mauricien.
« Toutefois, le Fair Play exige que la Speaker, Maya Hanoomanjee, ne revête pas son costume MSM face à l’offensive de l’opposition. Tout récemment, nous avons constaté le traitement qu’avait voulu infliger la Speaker au leader de l’opposition. Dans le respect des règles de la démocratie, nous voulons des réponses à nos interpellations. Or, nous constatons avec amertume qu’il y a encore des PQs, qui sont demeurées sans réponses et parmi l’un des mauvais élèves, nous retrouvons le Premier ministre, qui aurait dû donner le bon exemple », ajoute Rajesh Bhagwan.