Les débats sur le Small and Medium Entreprises Bill, présenté par le ministre des Affaires, de l’Entreprise et des Coopératives Sunil Bholah, ont débuté à l’Assemblée nationale hier soir. Ce texte de loi vise à remplacer la SMEDA par la SME Ltd. Une nécessité au vu du bilan calomnieux de cette entité.
« La SMEDA ne répond plus aux exigences actuelles et aux réalités du secteur des PME. Elle devra cesser son fonctionnement pour être remplacée graduellement par la SME Ltd », a plaidé le ministre Bholah hier soir à l’Assemblée nationale. D’où les débats sur le Small and Medium Entreprises Bill. Ce projet de loi prévoit également la nomination d’un Registrar of Small and Medium Entreprises. Ce fonctionnaire sera responsable de l’enregistrement des PME et aura pour rôle d’équiper toute personne qui a l’intention de créer une entreprise, dont la valeur du projet ne dépasse pas Rs 20 millions, avec le soutien et l’information nécessaires. Il devra en outre aider l’entrepreneur à obtenir les permis, licences ou autres autorisations nécessaires pour que son entreprise puisse démarrer ses opérations.
Le ministre a expliqué que la réforme institutionnelle découlant de ce projet de loi ne prend pas seulement en compte les réalités et les impératifs du secteur des PME, mais, plus important, il répond aux conditions d’une économie et d’une société en développement. « Le projet de loi, par conséquent, permet au ministère d’aller de l’avant avec confiance », a affirmé le ministre, qui a insisté sur le fait que la réforme institutionnelle est « une nécessité, pas un choix ».  
Premier orateur de l’opposition à prendre la parole, Reza Uteem n’y est pas allé de main morte pour soutenir que la situation dans le secteur des PME aujourd’hui est « à l’image du gouvernement depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2014 », soit « un échec total ». Il est revenu sur les grandes déclarations faites par Vishnu Lutchmeenaraidoo alors qu’il était ministre des Finances, lesquelles paroles ne se sont « jamais concrétisées » dans l’action.
« La promesse de faire de la MauBank une banque pour les PME est restée lettre morte. Aujourd’hui encore, malgré toutes les déclarations et promesses, les PME sont encore l’enfant pauvre du développement économique. » Reza Uteem a déploré le fait que, depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement, la SMEDA n’a jamais produit un rapport financier sur ses activités. Il s’est montré très critique par rapport à la création de la SME Ltd qui, selon lui, « permettra à ce secteur clé de l’économie d’éviter tout contrôle parlementaire ». Il a cité le cas des compagnies gouvernementales « qui opèrent dans une opacité totale » et sur lesquelles aucune question parlementaire ne peut être adressée.
Le pire, selon lui, est que le master plan sur le secteur des PME, approuvé par le gouvernement, recommande la création d’un corps para-étatique et non celle d’une compagnie privée. Reza Uteem a aussi déploré la façon « cavalière » de procéder du gouvernement, qui a mis l’Assemblée nationale devant des faits accomplis, car la SME Ltd a déjà été créée et son directeur, déjà nommé.
Le député Sudesh Rughoobur est également intervenu pour critiquer le fonctionnement de la SMEDA. Les débats sur le projet de loi se poursuivront la semaine prochaine.