Le partenariat stratégique envisagé dans le port constitue un des plus Hot Issues en ce début d’année. Depuis un peu moins d’un an, des échanges ont été initiés entre l’hôtel du gouvernement et les responsables de DP World Ltd de Dubayy en vue de parvenir à un arrangement pour la gestion à long terme du port. Toutefois, en ce début d’année, les discussions ont atteint une phase critique, les conditions de cet éventuel partenariat suscitant des remous de part et d’autre. Dans la conjoncture, le Deputy Prime Minister (DPM) et ministre des Communications extérieures, Xavier-Luc Duval, a convoqué pour cet après-midi une séance de travail avec les représentants des opérateurs portuaires pour passer en revue la situation et décider de la marche à suivre. Le port demeure dans l’actualité avec une réunion tripartite, organisée cet après-midi à Victoria House, siège du ministère du Travail et des Relations industrielles, pour évoquer le problème de suspension du président du syndicat des employés du port, la Port Louis Maritime Employees Association (PLMEA), Alain Edouard, et du secrétaire du syndicat, Guy Martin, pour « Gross Misconduct ».
Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès de sources confirmées indiquent que les deux principales pierres d’achoppement de tout accord de partenariat avec le groupe DP World Ltd, sont la durée de la période de concession pour la gestion portuaire et le niveau de contrôle des activités portuaire, qui sera cédé sous le contrôle de cet opérateur étranger. Ces mêmes sources avancent que la durée de la période de la concession, soit du contrat, serait de l’ordre de 99 ans. Ensuite, DP World Ltd est intéressée à assurer le contrôle exclusif de 75% des « Cargo Activities » dans le port.
Ces deux éléments suscitent des appréhensions dans les milieux des travailleurs portuaires et dans d’autres secteurs car il y va du contrôle souverain d’un secteur aussi crucial que ce soit sur le plan économique, géostratégique aussi bien que politique. Des voix se sont déjà fait entendre pour attirer l’attention sur ces risques potentiels pour le pays. Toutefois, à ce matin, aucune indication n’a filtré quant à la teneur de l’intervention du Deputy Prime Minister et ministre des Communications extérieures, qui rencontrera les opérateurs portuaires cet après-midi.
D’aucuns affirment que cette initiative de Xavier-Luc Duval s’inscrit dans une logique de consultations avec les Stakeholders dans le port en vue de dégager une stratégie pour le développement portuaire et l’élaboration de différents options et scénarios dans la conjoncture. Toutefois, avant la réunion, qui devait démarrer vers les 15 heures, aucune des sources approchées n’a voulu faire de commentaires, préférant attendre de prendre connaissance de l’intervention du Deputy Prime Minister, définissant les principaux paramètres de cet éventuel accord de partenariat.
D’autre part, les représentants de la PLMEA devront jouer une autre partition cet après-midi avec des risques de voir le syndicat être étêté. Cette réunion tripartite au ministère du Travail et des Relations industrielles vise à désamorcer une bombe au plan des relations industrielles dans le port. En effet, le président de la Port-Louis Maritime Employees Association (PLMEA), Alain Edouard, et le secrétaire de ce même syndicat, Guy Martin, ont été suspendus de leurs fonctions par la direction générale de la Cargo Handling Corporation Ltd (CHCL).
Ces deux responsables syndicaux sont accusés de Gross Misconduct. Ils doivent comparaître devant des instances disciplinaires jeudi et vendredi prochains. Cette décision fait suite au bras de fer portant sur la durée de la journée de travail pour la veille de Noël et du Nouvel An. La PLMEA avait objecté formellement à la décision du management mettant fin à la traditionnelle demi-journée de travail dans le port les 24 et 31 décembre. En attendant cette prochaine étape, le ministère du Travail et des Relations industrielles a convoqué cette réunion tripartite en vue de dégager une solution à cet épineux problème.