Commentant les récentes secousses au sein du gouvernement de l’Alliance Lepep et qui ont conduit au mini-remaniement en début de semaine, le leader du Parti travailliste (PTr), Navin Ramgoolam, estime que « ces bouleversements ont démontré l’incapacité de sir Anerood Jugnauth à assumer son rôle de Premier ministre ». Lors de la conférence d’hier, Navin Ramgoolam s’est, entre autres, interrogé sur les circonstances de l’emprunt de 1,1 million d’euros du ministre Vishnu Lutchmeenaraidoo auprès de la SBM.
Pour le leader du PTr, la cause est entendue : le gouvernement de l’Alliance Lepep est secoué par une crise qui a conduit jusqu’au remaniement ministériel de lundi dernier, parce que sir Anerood Jugnauth ne peut assumer son rôle de Premier ministre. C’est ce que Navin Ramgoolam s’est évertué à démontrer hier en fin d’après-midi au quartier général de son parti, Place Guy Rozemont, lors d’une rencontre avec les journalistes. Il était entouré, comme à l’accoutumée, des membres de son parti et de ses principaux collaborateurs.
« Si ti bizin konfirme ki SAJ finn perdi lotorite, se ki li’inn oblize aval tou koulev pou li asir lintere so klan », a déclaré Navin Ramgoolam, après avoir évoqué les événements qui ont conduit au remaniement ministériel de lundi dernier, dont la maladie de Vishnu Lutchmeenaraidoo et sa mutation au ministère des Affaires étrangères. « Zame mo ti pou aksepte ki enn minis absant li kat fwa de swit depi Konsey de minis. E an plis, li donn enn sertifika medikal. Du jamais vu », a-t-il affirmé. « Enn Premie minis digne de so nom ti bizin fini revok sa kalite minis-la », a-t-il ajouté.
Selon Navin Ramgoolam, SAJ aurait déjà dû avoir démis Vishnu Lutchmeenaraidoo de ses fonctions, soutenant « que l’ancien ministre des Finances s’est lui-même dit incapable de continuer d’assumer pour des raisons de santé ». Et de poursuivre, « SAJ ti bizin revok li pou inkapacite fisik. Olie de sa, donn li minister Afer etranzer », a-t-il commenté.
Avançant que ce ministère n’est pas « enn badinaz », Navin Ramgoolam a expliqué que l’avenir économique de Maurice repose sur la diplomatie économique. Laquelle est mise en oeuvre à travers le ministère des Affaires étrangères. « Kouma enn dimounn ki li-mem dir li epwize, kapav okip enn minister parey ? », s’est-il interrogé.
Par ailleurs, le leader du PTr a commenté la décision de SAJ de prendre le portefeuille du ministère des Finances. « Kouma enn dimounn ki tou dimounn pe dir ki li enn PM “ part-time ” kapav asim responsabilite lekonomi nou pei, ki deza o rouz? Nou pe al ver enn katastrof ekonomik », a-t-il invoqué. Et d’ajouter : « Bann movez lang pe dir ki SAJ pe sof fotey minister Finans pou so garson, Pravind Jugnauth ».
De plus, Navin Ramgoolam a longuement commenté les circonstances entourant l’emprunt de 1,1 million d’euros (environ Rs 44 M) du ministre Vishnu Lutchmeenaraidoo contracté auprès de la SBM, et en particulier la violation du secret bancaire avec la fuite dans les médias ainsi que dans les réseaux sociaux des documents confidentiels relatifs. « Eski ou labank ti pou donn ou larzan pou spekil lor lor ? », s’est-il demandé. « Mo espere ki pou ena enn lanket lor tou sa ek ki pa pou ena okenn cover-up ». D’autre part, concernant l’emprunt de Rs 40 millions que Navin Ramgoolam a pris de la défunte Bramer Bank, ce dernier considère qu’il n’y a « aucune comparaison » avec celui de Vishnu Lutchmeenaraidoo. « Mo ti donn enn rezon pou mo loan. Loan ti anrezistre, mo ti donn enn garanti ki ti finn anrezistre ek mo ti pe pey mo lintere », a-t-il avancé.
L’orateur a également critiqué l’intention du ministre de la Bonne gouvernance, Roshi Bhadain, de puiser l’argent de la SICOM pour rembourser les investisseurs du Super Cash Back Gold. « Se enn mega skandal », est-il d’avis.