Photo illustration
  • Le Pamplemousses SC et GRSE Wanderers pourraient ne pas prendre part aux compétitions africaines en novembre
  • En cas de non-participation, ils devront s’acquitter d’une amende de 800,000 dollars !

Le sport roi est dans la tourmente ! Et à 10 mois des Jeux des Îles de l’océan Indien (JIOI) 2019 sur nos terres, force est de constater que la situation n’évolue guère. Elle est même dans le rouge, notamment par rapport à la participation des deux représentants locaux aux prochaines compétitions africaines. Avec l’indisponibilité des stades, actuellement en rénovation dans le cadre des JIOI, Pamplemousses SC et GRSE Wanderers ne savent plus, où disputer leurs matchs officiels. Sans compter que c’est le flou le plus total sur la reprise du prochain championnat, alors que le précédent a pris fin, il y a quatre mois !

La semaine dernière, nous mettions en avant la progression fulgurante de nos voisins Malgaches et Comoriens, qui avaient tenu la dragée haute aux grandes nations du football africain, à savoir le Sénégal et le Cameroun. Comparativement à ces deux pays, le tableau du football local est très sombre. Et compte tenu des problèmes qui gangrènent cette discipline, nous dirons que nous sommes bien loin d’être sortis de l’auberge. La partie est même très mal engagée, en ce qu’il s’agit de la nouvelle saison, avec cinq stades qui sont actuellement en rénovation en vue des JIOI.

En effet, le stade George V (Curepipe), Auguste Vollaire (Flacq), St François-Xavier (Port-Louis), Germain Comarmond (Bambous) et Anjalay Coopen (Belle-Vue) soni les principaux terrains accueillant les rencontres de championnat (Premier League, D1 et D2) et ne seront pas opérationnels avant plusieurs mois. Seuls les stades de Guy Rozemont (Quatre-Bornes), Sir Gaëtan Duval (Rose-Hill) et Harry Latour (Mahebourg) sont utilisables. « Le stade du sud de l’île n’a pas de gradins alors qu’à Rose-Hill, il y a un parking à l’intérieur du stade. Comment faire dans ces conditions ? D’autant qu’il n’y a que deux stades qui sont homologués par la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) et la Confédération africaine de Football (CAF), à savoir George V et Anjalay », a fait ressortir une source à la Mauritius Football Association (MFA).

C’est justement une des raisons qui irrite actuellement certains clubs, plus particulièrement l’équipe double championne de Maurice en titre, Pamplemousses SC et Rastas de Grande-Rivière-Sud-Est (GRSE) Wanderers, runner-up de la dernière MFA Cup. Deux formations qualifiées pour les compétitions africaines, soit les préliminaires de la Ligue des Champions d’Afrique pour les Nordistes, et les éliminatoires de la Coupe des confédérations africaines pour la formation de l’Est.

Faute d’informations précises, ces clubs se retrouvent dans le flou le plus total. Le vice-président de Pamplemousses, Ozair Janoo, contacté au téléphone, a d’ailleurs déploré la situation actuelle. « Ce n’est pas normal. Les joueurs ont trimé pour remporter le championnat et leur récompense, c’est cette compétition africaine dont la manche aller est prévue pour le mois de novembre prochain. Cinq stades sont fermés pour cause de rénovation et la question que l’on se pose est comment on va faire ? J’ai sollicité le ministre de ma circonscription pour tenter de trouver une solution, car nous ne pouvons pas rester et attendre. Je suis sidéré et très en colère. »

Le championnat débutera en novembre

Il a d’ailleurs précisé que, « si une équipe fait une demande de participation et qu’au final, elle n’y participe pas, elle se verra infliger une amende de 800,000 dollars de la CAF. Voilà le prix à payer. » Même son de cloche du côté de Rexjoe Panain, président de GRSE Wanderers. « C’est aberrant. Nous ne savons plus quoi faire. Il n’y a pas de stades opérationnels. Comment faire pour sortir de cette torpeur ? Mes joueurs ont travaillé dur pour atteindre la finale de la MFA Cup et obtenir leurs tickets pour cette compétition. Je suis effondré, complètement abasourdi. Le sport roi est en train de
mourir », a-t-il confessé.

Ces derniers n’ont aussi pas manqué de faire part de leur indignation face à l’absence d’information concernant la reprise du prochain championnat. Du côté de la fédération, on soutient qu’il y aura un championnat et qu’il débutera prochainement. « Le football ne s’arrêtera pas. Nous allons coûte que coûte organiser un championnat, qui devrait débuter en novembre et prendre fin à la mi-mai.

C’était uniquement en 1999 que nous étions sevrés de toutes compétitions footballistiques. Les joueurs ont besoin de jouer dans l’optique des JIOI », a souligné cette même source de la MFA.