« Si la volonté politique est présente, la réforme électorale et l’introduction d’une dose proportionnelle n’est pas difficile». Ce sont les propos prononcés par Paul Bérenger durant sa conférence de presse hebdomadaire, ce matin à Ébène. Le leader des mauves est revenu sur la dernière séance parlementaire de mardi dernier. Il qualifie la réponse du Premier ministre, à la question sur la réforme électorale de Rajesh Bhagwan, «de très décevante ».

Selon Paul Bérenger, mettre le ministre mentor, Sir Anerood Jugnauth comme président dans un comité sur la réforme électorale est le plus mauvais choix du gouvernement. « Il est clair que le comité, à l’époque composé de Xavier-Luc Duval et de Sir Anerood Jugnauth, a travaillé uniquement sur le « Financing of polical parties ». Il n’y a pas eu de travail sur la réforme électoral, en particulier sur l’introduction d’une dose de proportionnelle dans notre système électoral. De par le monde et à Maurice, l’introduction d’une dose de proportionnelle est le cœur de la réforme électorale. » devait dire Paul Bérenger qui estime ainsi qu’il n’y aura pas de projet de loi sur la reforme électorale devant le Parlement d’ici lesprochaines  élections générales malgré les déclarations du ministre mentor dans la presse.

Le leader du MMM trouve inacceptable la nomination, au sein de l’Independent Police Complaints Division, de Phalraj Servansingh et de  Dick Ng Sui Wa, les qualifiant d’activistes politiques. « C’est une honte que SAJ ait défendue ces nominations. Il n’y a rien d’Independent de nommer des activistes politiques», a-t-il dit.

Le leader des mauves a également abordé un sujet qui selon lui, devrait faire faire polémique prochainement. Une fraude impliquant José dos Santos, le fils de l’ancien président d’Angola et Jean-Claude Bastos de Morais, entrepreneur suisso-angolais. Ce dernier est propriétaire et manager de la société Quantum Global Ltd basée à Maurice. Une affaire qui fait déjà l’objet d’une enquête par la National Crime Agency (NCA) de la Grande Bretagne. Paul Bérenger demande ainsi de suspendre les permis de Bastos de Morais à Maurice afin d’enclencher une enquête et établir les responsabilités à la FSC.

Paul Bérenger a également exprimé sa solidarité à Jessica Rosun. Selon lui, c’est une affaire qui a jeté la honte sur Maurice. « Les autorités mauriciennes doivent apporter à l’athlète tout son soutien nécessaire y compris une aide financière. » D’ailleurs, Paul Bérenger estime qu’il faut mettre de l’ordre au sein du comité olympique mauricien.