Le ministère de la Santé a décidé de faire venir des chirurgiens à Maurice et ainsi regrouper plusieurs patients mauriciens qui pourront se faire opérer localement. Cette mesure a pour but de réduire le nombre de patients qui vont se faire opérer à l’étranger, principalement en Inde. Le ministre de la Santé Anil Gayan s’est rendu en Inde lundi soir pour la signature d’un Memorandum of Understanding (MoU) avec des institutions médicales indiennes. Il est accompagné du directeur général des Services de Santé, le Dr K. Pauvaday.
Le ministre Anil Gayan rencontrera lors de son séjour Pramod Tripathi afin de voir dans quelle mesure la Grande Péninsule peut envoyer à Maurice dans un court délai des spécialistes, des chirurgiens ou d’autres professionnels médicaux. Le ministère de la Santé financera leurs frais des déplacements, le logement, les repas, entre autres. Le ministère s’assurera que tous les patients soient des Mauriciens, exception faite pour les Comoriens. Le gouvernement enverra dans des cas exceptionnels des patients en Inde, mais s’assurera, dans le MoU, que Maurice bénéficie de tarifs préférentiels, au même titre que les Indiens.
Le projet de faire venir les spécialistes à Maurice au lieu d’envoyer les patients à l’étranger pour des traitements a aussi pour objectif, indique Anil Gayan, de les faire bénéficier d’un encadrement familial. « Quand les patients vont à l’étranger pour des traitements, souvent cela leur cause des préjudices parce qu’il leur manque un encadrement familial. Or, quand les spécialistes viennent chez nous, les patients peuvent recevoir la visite de leurs proches, ils sont moins stressés, c’est un avantage pour tout le monde », dit-il.
Le MoU fait provision pour l’envoi des patients mauriciens en Inde dans des cas exceptionnels et pour obtenir les informations sur le coût des consultations, les frais des médecins, le coût des médicaments et d’autres dépenses.
Un MoU avait déjà été signé en 2001 entre SAJ et le Dr S. Badrinath, président de la Medical Research Foundation de l’Inde. L’accord portait alors sur l’envoi des patients mauriciens inopérables à Maurice, incluant les coûts des consultations, l’intervention chirurgicale, le coût de la chambre, de même que le transfert de et vers l’aéroport, entre autres. Il était aussi précisé dans le précédent MoU que l’Inde allait former le personnel soignant local.