Dans le cadre du 1er mai, Le Mauricien reçoit le président du Parti travailliste, Patrick Assirvaden. Il explique la non-participation de son parti aux célébrations de la fête du travail et aborde la question des finances du Ptr, le tout sans esquiver les questions sur l’argent découvert dans les coffres de son leader, Navin Ramgoolam, ni celles relatives à l’ambition politique affichée publiquement par les quatre jeunes députés rouges à l’Assemblée nationale. Il commente aussi l’actualité politique, parle de la « vendetta politique » dont, dit-il, est victime son leader, et explicité enfin les conditions d’un éventuel retour du Ptr à l’hôtel du gouvernement.