Le moral n’y est visiblement plus pour Cédric Ségeon depuis sa lourde sanction de six semaines de suspension et de Rs 150 000 d’amende pour sa monte peu convaincante sur Triad Of Fortune. Le jockey champion 2015 de Maurice a partiellement retrouvé le sourire après la victoire dans l’épreuve principale de Kruger Rand, coursier avec lequel il avait enlevé quatre victoires consécutives l’an dernier, mais le Français boudait toujours la presse à sa sortie de la jockeys’ room à l’issue de la journée et durant la semaine.
Tout comme ce fut le cas lors du rendez-vous inaugural, Merven avait fait le plein de partants avec 11 représentants répartis dans les huit courses. Au bout du compte seul Kruger Rand est parvenu à s’imposer, alors que six autres coursiers ont terminé in the money, synonyme de Rs 383 000 de prix remportés et, donc, de la première place au classement général.
Sur le papier, Lion’s Print, Beacon Flare et Mister Brightside étaient ceux qui offraient les meilleures garanties, mais c’est Kruger Rand qui a permis à Patrick Merven de sortir en piste samedi dernier. Après une série de quatre victoires consécutives sur sprint, ce bai de 6 ans avait subi une cuisante défaite sur 1600m après qu’il eut toutefois été gêné en fi n de parcours. Par la suite, il n’avait pas été surclassé dans un lot plus compétitif lors du dernier week-end international. Pour sa reprise, Kruger Rand ne faisait pas partie des favoris pour la victoire car il n’avait pas encore gagné à ce niveau. Cependant, il était visiblement un des coursiers les plus en forme à ce stade de la compétition et c’est sans doute sa belle condition ajoutée à un brin de classe et une bonne monte de son cavalier qui lui permit de faire la différence.
Mal placé dans les stalles, Ségeon positionna sa monture en avant-dernière position et attendit le poteau des 600m pour lui demander un premier effort. Kruger Rand contourna le peloton en épaisseur avant d’accrocher Kalinago, le seul qui le précédait, à l’entrée de la ligne d’arrivée. Cette attaque que l’on aurait pu juger comme prématurée lui permit de prendre le first run sur Recall To Life et Rock Of Arts qui s’avérèrent ses principaux adversaires dans l’emballage fi nal. Par la suite, Ségeon se démena comme un beau diable pour lui permettre de conserver l’avantage jusqu’au bout.
Ségeon avait tenté la même tactique dans l’épreuve précédente sur Beacon Flare. Ce dernier se rapprocha également en épaisseur dans le dernier virage pour foncer sur Parker et Wonder Kid. À mi-ligne droite, on pensait le représentant de l’entraînement Merven capable de s’imposer assez facilement, mais il commença à pencher sur sa droite, forçant son jockey de le redresser. Entre-temps, Rasheed s’amenait en trombe à son intérieur et c’est dans les toutes dernières foulées qu’il se fi t souffl er la victoire.
Certes, The Pieman avait déjà gagné en réalisant le pillar to post, mais vu le train imposé par The Colonels Son — les premiers 765m furent couverts en 44.78 contre 45.59 pour le meneur de la troisième épreuve, Just B Brave —, nous estimons que Ségeon aurait pu se montrer plus patient avant de lancer son attaque. The Pieman aborda la ligne droite en tête, mais il fut vite repris par Nothing Compares et Streetbouncer et se contenta de la troisième place. On ne pouvait accorder des chances de premier ordre à Amber Palace qui effectuait sa rentrée sur un parcours visiblement trop court pour ses réelles aptitudes. Ce fi ls de Dynasty eut du mal à suivre le rythme et fut longtemps aperçu en dernière position, mais il réalisa une fi n de course honorable pour gagner quatre rangs. Il est donc à suivre à partir de 1500m.
Lion’s Print et Mountain Thunder terminèrent in the money dans la septième épreuve où How Many To Won se montra le plus fort, tandis que Soaring Free et Double Dash occupèrent les deux premiers accessits derrière Bandido Caballero, qui faisait fi gure d’épouvantail. Ce qui est de bon augure. La déception de la journée est venue de Mister Brightside, qui méritait un certain crédit en se basant sur sa dernière course remportée par plus de 3L. L’alezan trouva plus rapide que lui et fut contraint de suivre sur l’arrière-main du meneur. Dans la ligne droite, il fut incapable de changer de vitesse et se fi t reprendre par le peloton.