PATRICK MERVEN : Retour gagnant de Chisty

Avec seulement trois victoires à son actif avant la 12e journée, l’entraîneur Patrick Merven n’est pas vraiment à la fête cette saison et le départ précipité de son jockey titulaire James Winks n’est pas venu arranger les choses. Heureusement qu’entre-temps Jeanot Bardottier a ramené le sourire lors de la 10e journée avec Seeking The Dream, avant qu’Imran Chisty ne prenne le relais samedi dernier avec Seven League Boots.
« Par le temps qui court, toute victoire est bonne à prendre, surtout qu’on n'avait que trois partants », dit d’emblée Patrick Merven. « On était très confiants dans ce lot avec Seven League Boots qui avait eu une très bonne préparation en vue de cet engagement. Avec notre bonne ligne, j’avais demandé au jockey d’insister pour prendre le commandement. Une fois que le coursier a imposé son pas la course, le plus dur était fait. Chisty l’a bien contrôlé pour rallier le but en vainqueur, comme à sa dernière victoire sur le parcours du jour. »
Avec cette victoire, l’Indien effectue un retour gagnant, soit sa 33e victoire au Champ de Mars, le dernier remontant au 10 octobre 2015 avec Torotino. « Cela fait très plaisir de retrouver le Champ de Mars et de surcroît de débuter victorieusement pour mon entraîneur. Il avait bien préparé ce cheval et j’ai eu la chance d’arriver à point nommé. Une fois qu’on s’est installé en tête, j’ai bien géré son pas et il a déposé ses adversaires », précise le jockey indien, qui ne sera que pour un mois associé à Patrick Merven.
« Effectivement, je serai là jusqu’au début de juillet, car j’ai signé un contrat en Inde où je devrais être en action à la mi-juillet. Ce n’était pas compliqué pour moi de travailler avec Patrick Merven, car c’est un vrai gentleman. Déjà, j’ai terminé deuxième avec Kentucky Bluegrass, qui m’a agréablement surpris, alors que Triad of Fortune n’avait pas la ligne en sa faveur. De ce fait, il n’a pas pu courir aux avant-postes. J’espère ramener encore quelques gagnants pour mon employeur, qui possède quelques bons coursiers comme les Sir Earl Grey, Beluga et autre Criss Cross Man. »
On peut dire que Patrick Merven a eu la main heureuse en signant Chisty, même s’il fait fonction de dépanneur pour un mois. « Comme James Winks devait partir pour un mois, il nous fallait chercher un remplaçant au plus vite. Et Chisty est tombé à pic, car lui, il n’a pas besoin de work permit vu qu’il est marié à une Mauricienne. De ce fait, tout a été réglé en 2-3 jours. Cela nous a grandement aidés dans le sens où s’il fallait recruter un jockey étranger, cela nous aurait pris encore 15 jours. Comme il connaît la piste et l’environnement, etc., cela lui a facilité la tâche et il a eu la chance d’avoir cette bonne monte. »
« Je le répète, cette victoire fait énormément plaisir, car on n’a pas beaucoup de partants. Les nouveaux prennent leur temps et ils ne seront pas prêts avant juillet. Malheureusement, Chisty sera déjà parti. Comme Winks ne reviendra pas maintenant, il faudra chercher l’oiseau rare. C n’est pas évident par les temps qui courent et avec toutes les démarches administratives à accomplir. Donc, il faudra faire avec en attendant », conclut l'entraîneur.