Les membres du parti politique Nou Repiblik jeudi soir à l'hôtel Voilà à Bagatelle pour des discussions dont l'affaire Alvaro Sobrinho

Les “terms of reference” de la Commission d’enquête instituée par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, menant à la démission de l’ex-présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, ne sont « pas clairs ». C’est ce qu’avance Patrick Philogène, membre du mouvement politique Nou Repiblik, qui a mis en ligne une pétition il y a six jours.

 » Nous voulons que la Commission d’enquête soit plus claire car les “terms of reference” ne sont pas ce à quoi on s’attendait », dit-il au Mauricien. Selon lui, le gouvernement cherche à faire porter le cha- peau à Ameenah Gurib-Fakim alors « qu’elle ne fait qu’une petite partie de l’affaire ». P

our que la lumière soit faite sur la saga de l’homme d’affaires Alvaro Sobrinho, une pétition de Nou Repiblik mise en ligne a été signée par plus de 2 611 per- sonnes. « On fait notre devoir.Cela démontre que le Mauricien veut savoir la vérité sur toute cette affaire », dit-il, ajoutant que c’est la première pétition en ligne du parti.

D’ailleurs, sur la page, certaines personnes ont exprimé leur souhait pour que la vérité soit connue. Nou Repiblik avait décidé d’arrêter la pétition à la suite des “terms of reference” de la Commission d’enquête, mais précise qu’en raison d’un manque de clarté, elle continuera d’être en ligne « pour recueillir encore plus de signatures ». Pour Patrick Philogène, le nombre de signatures recueillies jusqu’à présent est « satisfaisant », mais espère quand même en récolter davantage.