Photo d'illustration

La police de Grand-Baie enquête sur les circonstances du décès d’un enfant de trois ans qui s’est noyé dans la piscine d’une villa à Pereybère dimanche après-midi. La jeune victime est un ressortissant français dont les parents sont établis dans l’île depuis quelques années. Selon les informations dont dispose la police, le petit jouait près de la piscine quand, pendant un moment d’inattention, il est tombé à l’eau. C’est l’un de ses proches qui l’a retiré de la piscine et devait constater qu’il ne bougeait et respirait plus.

L’ambulance d’une clinique a été alertée et un médecin venu sur place devait confirmer son décès. Son cadavre a été emmené à la morgue de l’hôpital du Nord pour l’autopsie. Entre-temps, ses parents ont déclaré à la police que le petit avait malencontreusement glissé dans la piscine qui était assez profonde. Ils préfèrent donner leurs versions des faits après les funérailles, affirmant qu’ils sont perturbés par ce drame. À ce stade, la police écarte la thèse de “foul-play”. Une équipe du Scene of Crime Office a inspecté la villa et devait solliciter la direction pour l’obtention des caméras de surveillance pour tirer au clair cette affaire.

Par ailleurs, un enfant de huit ans a échappé à la noyade hier à Palmar. Cet habitant de Camp-de-Masque s’est retrouvé en difficulté dans l’eau et doit son salut à des volontaires qui l’ont ramené à terre. Comme l’enfant était inconscient, le Samu a été alerté. Il a été conduit d’urgence à l’hôpital de Flacq où il a été placé en observation. Sa santé est jugée inquiétante.

La police de Belle-Mare a invité le père, âgé de 39 ans, à donner une déposition en écrit sur ce qui s’est passé. Ce dernier a refusé en déclarant : « Sa zafer la inn pass divan mo lizie. Mo remersie bann dimoun ki tir mo zenfan, personn pann fer mesanste. Mo zenfan korek, mo pa oule donn lanket ek mo pa oule ki lapolis fer lanket dan sa zafer la ».

La police a également approché des volontaires qui ont secouru l’enfant, mais ils ont eux aussi refusé de donner leurs versions des faits. Néanmoins, une enquête a bien été ouverte pour savoir ce qui s’est passé. La police ne soupçonne aucun acte malveillant à ce stade.