PERMIS À POINTS : Un Front commun constitué autour de l'ACIM veut d'un système « plus juste et équitable »

Défilé et marche de protestation jeudi à Port-Louis

Un Front commun s'est constitué autour de l'Association des Consommateurs de l'île Maurice (ACIM), comprenant, entre autres, le Komité Van Lékol (KVL), la Taxi Proprietors' Union (TPU), des syndicats – dont celui des employés du transport par autobus – ainsi que des organisation non gouvernementales (ONG), pour contester certaines dispositions autour de l'entrée en vigueur du permis à points.
Ce Front commun, qui explique d'emblée être favorable au renforcement de la sécurité routière, estime néanmoins que la mise à exécution du projet de permis à points doit être plus « juste et équitable ». Il regrette l'absence préalable de consultations avec les parties concernées avant la décision d'aller de l'avant avec le projet et s'oppose au fait que l'on donne, selon lui, le sentiment que toute la faute de l'insécurité sur les routes ne relève que de la responsabilité des conducteurs.
Si le Front commun est favorable à des mesures de sanction pour pénaliser, par exemple, l'alcool au volant ou encore l'usage du téléphone portable en conduisant, il est d'avis que les conducteurs ne peuvent pour autant être tenus responsables d'accidents favorisés par des défauts de construction sur le réseau routier ou encore des cas de mauvaise signalisation routière ou de mauvais entretien du réseau routier avec, par exemple, la présence de nids de poules.
Le Front commun, qui se dit encore prêt à négocier en vue d'un projet de permis à points « plus juste et équitable », n'écarte pas pour autant des actions légales. Il envisage aussi une campagne de communication dès cette semaine et prévoit, jeudi prochain, 21 février, un défilé dans les rues de Port-Louis, suivi d'une manifestation.