PLUIES TORRENTIELLES: Paralysie et chaos

Le gouvernement prend la décision de fermer tous les bureaux des services publics depuis 9 heures ce matin pour des « Security Reasons »

Depuis très tôt ce matin, la station de météorologie de Vacoas a émis un avis de pluies torrentielles avec des prévisions à l’effet que les pluies torrentielles enregistrées depuis la nuit d’hier à ce matin allaient se poursuivre pendant toute la journée. Après la décision de fermeture des écoles et autres institutions scolaires de l’île vu que la pluviométrie avait déjà atteint plus de 100 millimètres dans plusieurs régions, devait intervenir la décision exceptionnelle du gouvernement de fermer tous les bureaux du secteur public dès 9 heures ce matin et le renvoi des fonctionnaires déjà au bureau pour la journée. Cette démarche devait être suivie dans le privé avec la Mauritius Employers Federation (MEF) recommandant aux opérateurs économiques de mettre un terme aux activités économiques dans les meilleurs délais. La Mauritius Bankers Association (MBA) a annoncé qu’à partir de 13 h toutes les banques commerciales cesseraient leurs opérations, confirmant le fait que le pays a connu une véritable paralysie en raison des pluies torrentielles et des scènes de chaos sur les principales artères.
À 4 h ce matin, les premières indications étaient que la barre fatidique des 100 millimètres de pluie en vue de décréter une situation météorologique d’urgence avait été franchie dans plusieurs régions de l’île. Dans un premier temps, l’Est et le Sud étaient les plus affectées, avec Queen-Victoria, à côté de FUEL, enregistrant à 4 h ce matin 148,2 mm de pluie, FUEL 117,1 mm, Belle-Mare 109,4 mm et un peu plus loin au centre Providence 123,6 millimètres.
Au Sud, on relevait 140,1 millimètres à Plaisance, 125,6 mm à Riche-Eau, 103,8 mm à Souillac, 73,4 mm à Grand-Bassin, 68,6 mm à Nouvelle-Découverte alors que les relevés pluviométriques à Arnaud n’étaient pas encore disponibles à la mi-matinée. Si dans la nuit d’hier à ce matin, les régions de Port-Louis et des Plaines-Wilhems avaient été quelque peu épargnées, la situation devait connaître une nette détérioration dès ce matin avec le Port-Louis Waterfront littéralement inondé alors que Carreau Lalleau, une région proche de Vallée-des-Prêtres, Sainte-Croix et Terre-Rouge devenaient quasiment impraticables en raison des débordements des cours d’eau.
Services essentiels
Devant le constat de la Météo à l’effet que ces pluies torrentielles allaient se poursuivre pendant toute la journée et les énormes difficultés rencontrées par les usagers de la route pour se rendre à leur travail en raison de l’état de l’infrastructure routière et des pluies diluviennes, une première dans les annales de la Fonction publique allait intervenir. Après consultations au plus haut niveau, la décision de fermer tous les bureaux du service Civil à l’exception des services essentiels était annoncée sur le coup de 9 h par le secrétaire au Cabinet et chef de la Fonction publique, Suresh Seeballuck.
Pour des « Security Reasons », tous les fonctionnaires qui se trouvaient à leur poste pour la journée de travail étaient renvoyés chez eux alors que des consultations étaient initiées avec des représentants du Joint Economic Council pour décider de la marche à suivre pour les opérations et employés du secteur privé. Vers 11 h, la Mauritius Employers Federation (MEF) émettait un communiqué pour recommander à ses membres d’interrompre leurs activités dans les meilleurs délais possibles.
« Following consultations with the Prime Minister’s Office, the Meteorological Services Department and the Joint Economic Council on the further deterioration of weather conditions, the MEF strongly recommends its members and the private sector in general to take all necessary steps to stop operations as soon as possible today. As far as essential services are concerned, we invite companies to take all appropriate actions at their end », note le communiqué émis par la MEF.
D’autre part, la Mauritius Bankers Association prenait la décision de demander aux banques commerciales de cesser leurs operations à partir de 13 h, confirmant la paralysie quasi totale des activités économiques du pays en ce mercredi 13 février.
Avec des embouteillages difficilement gérables sur les principales artères menant vers la capitale depuis très tôt ce matin, la fermeture des bureaux et autres usines de manière urgente à la mi-journée est venue s’ajouter à une situation des plus chaotiques sur les routes et dans les principales gares routières avec des longues files de passagers attendant des autobus et autres moyens de transport immobilisés en raison des pluies torrentielles.
Des difficultés de communications sur le réseau de téléphonie cellulaire, en panne depuis 9 h, n’ont pas aidé à atténuer cette ambiance de chaos.
Axes routiers fermés
Entre-temps, les membres du Disaster Management Centre se réunissaient aux Casernes centrales sous la présidence du Deputy Commissioner of Police Ravine Sooroojebally pour un constat de la situation et des mesures à prendre pour parer à toute éventualité. À la mi-matinée, les services de sapeurs-pompiers ont enregistré pas moins de 1 500 appels de détresse à travers l’île, avec 200 sorties, 50 interventions d’urgence, dont une quarantaine de maisons inondées, notamment dans les régions de Guibies, Sainte-Croix, Terre-Rouge, Vallée-des-Prêtres pour Port-Louis et ses environs. Un glissement de terrain a été relevé à Calebasse alors qu’un avis d’urgence a été émis depuis tôt ce matin à l’intention de ceux qui doivent utiliser le pont Lardier à Grande-Rivière-Sud-Est en raison de la montée des eaux.
Les automobilistes empruntant l’autoroute ce matin pour gagner le centre de Port-Louis ou les régions nord de l’île ont été pris au piège des averses au niveau du Port-Louis Waterfront, devant la Place d’Armes. En effet l’accumulation d’eau sur cette partie de l’autoroute a rendu la chaussée complètement impraticable, à tel point qu’une Jaguar empruntant le couloir gauche pour rejoindre le nord de l’île a été prise dans les inondations juste avant les feux de signalisation. Cette voiture étant incapable d’avancer dans ce niveau d’eau, les autres véhicules empruntant cette ligne devaient prendre la décision de rabattre dans le centre de Port-Louis pour ensuite regagner le Nord. Cette déviation devait ainsi provoquer une circulation monstre sur l’autoroute en direction de Port-Louis jusqu’à au moins la fin de la matinée. Certains automobilistes devaient ainsi prendre pratiquement 1 h 30 pour faire le trajet Pailles/Port-Louis. Outre les véhicules, les piétons circulant dans les parages du Caudan devaient rencontrer toutes les peines du monde pour arriver à destination avec les trottoirs complètement recouverts d’eau et un des Underways inondé.
Dans les autres faubourgs de la capitale, plusieurs habitants ont été pris de panique avec la rapidité des accumulations d’eau. À titre d’exemple à rue Père Laval, Sainte-Croix, toute une famille a été prise au piège dans sa maison avec l’inondation dans sa cour. À l’extérieur, leur van a été renversé par la pression de l’eau tandis leurs bœufs ont été balayés sur une bonne distance.
La situation était encore plus préoccupante dans d’autres endroits dont Vallée-des-Prêtres avec les responsables de la police sur le terrain prenant la décision de fermer certains axes routiers à la circulation. Par ailleurs dans cette même région, une autre famille s’est retrouvée piégée avec l’accumulation d’eau dans sa cour. Il a fallu l’intervention des voisins pour extirper les cinq membres de cette famille de leur maison.
Des éléments de la Special Mobile Force et de la Special Supporting Unit ont été déployés à Piton, Souillac, Rivière-des-Anguilles, Flacq, Port-Louis pour des interventions rapides. Des éléments de la National Coast Guard ont approché des pêcheurs des villages côtiers pour leur demander de retirer leurs embarcations de la mer par mesure de sécurité, alors qu’à Trou-d’Eau-Douce, une barque a été endommagée en mer.

Commentaires

Condoléances aux familles endeuillées et courage au pays pour remonter la pente.

On a deja vecu des evenements pareil dans le passe. Mais il semble que nous avons rien appris: l'evenement de Gula en Fev 2008 avait cause un chaos similaire. Par la suite nous avons eu l'episode de Lola et l'inondation du 26 Mars 2008. Il y a eu deux rapports par la suite - le rapport Domah et le rapport des experts de l'OMM. Ou sont ces rapports et pourquoi ils n'ont pas ete mis en application? Pourquoi l'alerte meteo etait si tardive? N'y avait-t-il pas d'indication la veille pour alerter la population? Est-ce-qu'il y aura une investigation pourquoi le systeme n'a pas marcher une fois de plus a la meteo ou au Disaster Management centre

Security reason pou fonctionnaire seulement ki environ say 150000 et le reste du secteur priver, la majoriter, ki plis boucou fine continuer travail up to end of normal day. Ena Compagnie fine largue as soon as possible c'est a dire 30 a 45 minutes avant la fin normale kan le temps fine revine clement...a quand ene bon legislation suite au recommendation du juge Domah (evenement du 26 mars 2008 refers).