La déposition du prisonnier Peroomal Veeren devant la Commission d’enquête sur la drogue ne doit être ni banalisée, ni prise pour argent comptant. Toute cette affaire doit être étudiée dans son ensemble, notamment du fait que, d’une part, la déposition a été faite sous serment et, d’autre part, que les allégations faites soulèvent de nombreuses questions. Et pour le PMSD, il est impérieux que la Commission d’enquête, après qu’elle s’y est bien préparée, convoque à nouveau Peroomal Veeren pour éclaircir ces différents points. C’est ce qu’a fait ressortir le leader de l’opposition, hier, lors de sa conférence de presse durant laquelle il a annoncé qu’il fera une nouvelle déposition à la police sur Showkutally Soodhun contre qui il enclenchera une Private Prosecution du fait que, selon lui, “Soodhun finn récidivé avec so ban insanités.” Xavier Duval a également évoqué son inquiétude concernant le secteur du tourisme.
Le PMSD ne veut pas faire de démagogie sur les allégations formulées par Peroomal Veeren concernant le trafic de drogue et l’implication éventuelle du Premier ministre. Cependant, même si elle peut être farfelue, quoique faite sous serment, cette déposition mérite qu’on y prête une certaine attention car elle pose plusieurs questionnements, en l’occurrence sur la politique de l’État concernant la drogue, dit Xavier Duval. C’est pourquoi, estime-t-il, la Commission d’enquête doit venir avec des recommandations à deux volets, l’un concernant les individus, l’autre, les institutions.
À ce propos, XLD estime qu’outre la police, la prison a aussi failli à sa tâche, du fait que les révélations faites devant la Commission drogue auraient dû avoir émané d’enquêtes menées par la police. Et de souligner qu’en ce qui concerne les prisonniers, les autorités auraient dû s’assurer que les petits brigands n’aient pas de contact avec les grands criminels en milieu carcéral, car c’est là qu’ils sont influencés et prennent des chemins dangereux.
De même – outre les biens de Rs 650 M qu’a dit posséder Peroomal Veeren, et qui devraient interpeller la FIU et le board du Unexplained Wealth –, les propos du prisonnier à l’effet que les Rs 2 MD de drogues saisies étaient destinées à la consommation locale révèlent l’ampleur du problème de la drogue à Maurice, dit le leader de l’opposition. Sans compter ses allégations contre les hauts gradés du service pénitencier qui seraient impliqués dans des trafic avec les prisonniers, ajoute-t-il.
Rs 25-30M issues de la prison : “Un bribe”, dit XLD
À propos des allégations à l’encontre du PM, le leader de l’opposition relève qu’il y a eu, selon ce qui a été rapporté, deux accusations distinctes. “La première concernant une transaction de Rs 25 à Rs 30 M pour rouvrir son case que tout le monde met aujourd’hui sur le compte du financement politique, alors que cela relève du bribe”, dit-il, s’interrogeant sur la véracité des propos. La seconde concerne le rôle même que joue Pravind Jugnauth, qualifié de parrain, note-il, se demandant si c’était vrai ou faux.
Estimant que la Commission d’enquête a été prise de court avec cette déposition de Peroomal Veeren, XLD demande à ce qu’elle rappelle le prisonnier, après une préparation judicieuse, en vue d’obtenir des détails sur ses allégations. Le leader du PMSD est aussi d’avis qu’il n’y a pas de problème si les avocats de Mahen Gowresoo ou de Pravind Jugnauth procèdent à un contre interrogatoire de Peroomal Veeren.
Selon XLD, cela ne lui ferait pas plaisir d’apprendre demain qu’un politicien fait partie de la mafia. Cependant, les faits doivent avant tout être établis. Il dit, cependant, ne pas croire dans le travail de la police. “Le cas de Soodhun est le parfait exemple que la police pa kapav pran enn action indépendant”, dit-il, rappelant qu’en dépit des enregistrements à la disposition de la police, rien n’a été fait jusqu’ici par rapport à l’enquête sur les menaces de mort de Soodhun à son encontre. Et pire, déplore-t-il, “Soodhun finn récidivé.” Une vidéo de Channel News faite lors d’un dîner du VPM dans sa circonscription No 15, la semaine dernière, montre “Soodhun pe débite encore sa ban insanités”, dit-il. C’est pourquoi le leader de l’opposition avance qu’il s’agit, encore une fois, d’une incitation à la haine raciale, et compte faire “pour la forme” une déposition à la police. Cela afin, dit-il, que le DPP, en qui il a confiance, soit au courant. Il enclenchera également une private prosecution contre Soodhun.
Le leader du PMSD est aussi d’avis qu’avec les révélations de Peroomal Veeren, le débat sur le financement des partis politiques refait surface. Cela, alors que depuis avril 2016, le document sur cette loi a été approuvé par le Conseil des ministres et envoyé au Stale Law Office. Idem pour ce qui est de la législation sur la Declaration of Assets prête depuis deux ans et qui dort dans les tiroirs, dit-il. “Cela démontré ki sa gouvernma-là péna okenn lintention met lordre are corruption ni dan financement parti politique”, estime XLD.
Sur un autre plan, le leader des Bleus a abordé la situation des squatters. Si, selon lui, sa PnQ sur le sujet a contribué à l’amélioration des conditions de vie des ex-squatters de Port-Louis, notamment à cité Blanche, qui ont désormais accès à l’eau et à l’électricité, la situation dans d’autres régions de l’île laisse à désirer.
L’ex-ministre du Tourisme évoque également son inquiétude par rapport au secteur touristique. Outre une baisse de la croissance qui est passée de 12,8% en juillet 2016 à 3,9% en juillet 2017, le plus grave est l’insécurité qui gagne ce secteur. Évoquant les cas d’un viol allégué sur une touriste britannique dans un hôtel du Sud et celui d’une agression à l’arme blanche contre une journaliste-blogueuse dans un hôtel de l’Est, la semaine dernière, il rappelle que ces incidents portent atteinte à la réputation de la destination mauricienne. “Nos belles plages, notre environnement, tout cela, ce n’est plus compétitif. Il ne nous reste que la sécurité que recherchent les clients. La plus grande menace sur l’industrie touristique est la sécurité”, dit-il, plaidant pour un wake up call des hôteliers et des autorités, dont la police et le ministère du Tourisme.
Metro Express : des pilotis entre St Jean et Vandermeersch
Le président du PMSD est revenu sur le projet de Metro Express, réclamant plus de transparence. Pour que la population comprenne, dit-il, il faut que le gouvernement fasse circuler le contrat signé avec Larsen & Toubro, dit-il. Il souhaite que les autorités rendent publiques les études d’évaluation effectuées par la Singapour Corporation Entreprise (SCE) et celles d’Afcons Ltd, afin que la population puisse comprendre pourquoi l’un a été favorisé, et pas l’autre. Robert Pallamy demande que le rapport effectué en 2017 par la SCE soit rendu public afin qu’une étude comparative avec le 2e rapport soumis pour le même projet en 2013 soit faite. À ce propos, il relève du rapport soumis à l’ancien gouvernement faisant mention de frais de Rs 4 MD pour les General and Preliminary fees. “Comment ces frais ont été enlevés dans le 2e rapport pour un même projet fait par le même consultant?”, se demande le président du PMSD. Il s’interroge également sur les différences entre le 1er et le 2e projet, se demandant si c’est en fonction du type de train que les frais ont changé, le premier projet faisant mention d’utilisation des rails pour le cargo également. Outre les nombreuses interrogations du PMSD sur ce dossier, les Bleus réclament que le projet Metro Express soit monté sur pilotis entre St-Jean et Vandermeersch. “Cela réglera tout le problème de congestion routière, de destruction d’espaces verts, et préservera également des infrastructures, dont Arab Town et la foire de Belle-Rose”, estime-t-il.
Le candidat Bleu à Belle-Rose/Quatre-Bornes s’est, lui, attardé sur la hausse du prix de l’essence. Une hausse qui influe sur le panier de la ménagère, souligne Dhanesh Maraye, faisant ressortir que ces hausses n’avaient pas été mentionnées dans le dernier budget. Profitant des célébrations de la journée internationale de la Jeunesse, il a incité les jeunes à “mars ensam pou nou accomplir nou rêve d’enn meilleure île Maurice.”