Le poète mauricien Vinod Rughoonundun est décédé à Paris le 13 août 2015, à l’âge de 60 ans. Nous perdons un ami, un camarade dont la haute culture et l’humour s’alliait avec d’autres exigences. Le poète parti trop tôt continuera de vivre par son oeuvre que les jeunes générations pourront découvrir avec beaucoup de bonheur.
Plusieurs hommages lui ont été rendus en France, dont le dernier à Paris le 4 mars dernier, à l’initiative de l’association La Licorne et le dragon (cf. affiche en annexe). À Maurice, La Maison des Mécènes, sa famille, ses amis et l’Institut français de Maurice vont célébrer sa mémoire en organisant une rencontre littéraire dans le cadre du Printemps des poètes 2016, le 30 mars prochain.
La soirée sera ponctuée par des lectures de ses textes ainsi que des extraits audio et vidéo où nous aurons le plaisir de voir et d’entendre le poète dire lui-même ses textes. À l’occasion de cet hommage, La Maison des Mécènes publie Manama, les mots oubliés, un texte-testament que le poète nous a légués avant de partir. Ce long poème de 14 pages est inséré dans un livre-objet collector, dans la même veine que les deux premiers opus publiés par la même maison d’édition il y a une vingtaine d’années.