POINTE-AUX-BICHES—MEURTRE D’AJITH KUMAR TOHUBUL: Un suspect passe aux aveux, son complice activement recherché

Le vol serait le mobile du crime

Une semaine après le meurtre d’Ajith Kumar Tohubul, 61 ans, gérant de la Villa Lotus à Pointe-aux-Biches, un premier suspect est passé aux aveux lors d’un interrogatoire serré dans les locaux de la Major Crime Investigation Team (MCIT), hier soir. Jean Jacques Russie, 40 ans, a confirmé qu’il était sur place dans la soirée du mardi 10 octobre pour commettre un vol, qui aurait mal tourné.
Jean Jacques Russie a pu être appréhendé grâce aux caméras CCTV installées dans la région de Pointe-aux-Biches et également à travers les images enregistrées par l’appareil d’un voisin du bungalow. Le suspect a été aperçu circulant à plusieurs reprises sur le chemin menant vers la Villa Lotus. Suivant des recoupements d’information, la police a pu l’identifier.
Cet habitant de Beau-Plan, Pamplemousses, a été emmené aux Casernes centrales pour son interrogatoire. Jean Jacques Russie est vite passé aux aveux, en déclarant qu’il s’était rendu à la Villa Lotus en compagnie d’un complice dans le but de commettre un vol. « Kouma ti fini kokin, nou ti pou departaz butin ant nou », a-t-il révélé. Leur butin : des caméras CCTV, deux téléviseurs, et une somme d’argent.
Cependant, aux hommes du surintendant Luciano Gerard, Jean Jacques Russie a avancé qu’il ne serait pas entré dans la chambre du gérant, et dit ignorer comment celui-ci a été tué. « Li (son acolyte, Ndlr) ti pe dir proprieter inn mort », a expliqué le quadragénaire. Estimant que la police les arrêterait si jamais les objets volés étaient trouvés en leur possession, les malfrats se sont rendus sur un terrain en friche à Triolet pour les cacher. Le suspect a conduit les éléments de la MCIT sur place mardi soir, où les pièces à conviction ont été récupérées et envoyées pour analyse au Forensic Science Laboratory.
Jean Jacques Russie a également balancé le nom du deuxième suspect, qui est activement recherché. À ce matin, la MCIT était sur sa piste. D’ailleurs, une opération était prévue dans le Nord. Après avoir passé la nuit en détention policière, Jean Jacques Russie était attendu au tribunal de Pamplemousses aujourd’hui pour son inculpation provisoire. Par la suite, il devra soumettre ses empreintes digitales, et sera examiné par un médecin de la police. Le quadragénaire n’a pas encore donné sa version des faits “under camera”. Cet exercice se déroulera une fois qu’il aura retenu les services d’un avocat.
Par ailleurs, Vickram Koonjoobeeharry, arrêté par la police la semaine dernière, ne sera pas inquiété à ce stade de l’enquête. Il avait déclaré qu’il s’était rendu à la Villa Lotus le jour du drame pour louer une chambre. Comme il n’a trouvé personne à l’intérieur, il a appelé le gérant sur son cellulaire, mais ce dernier ne lui a pas répondu. Il dit avoir alors quitté les lieux. Un appel en absence (missed call) de son numéro avait été relevé sur le téléphone portable d’Ajith Kumar Tohubul. Comme les enquêteurs n’arrivaient pas à confirmer son alibi, il avait été placé en détention. Or, Jean Jacques Russie a confirmé que Vickram Koonjoobeeharry ne fait pas partie de ses complices.
Depuis le début de l’enquête, la police a privilégié la thèse du vol qui a mal tourné, car la pièce où se trouvait la victime était sens dessus dessous. « Mon époux avait des ennemis », avait confié l’épouse de la victime à la police. Elle avait, de plus, indiqué aux enquêteurs que le sexagénaire avait été attaqué lors d’un vol l’année dernière et avait été sérieusement blessé. Cependant, Ajit Tohubul n’avait pas renoncé à travailler à la Villa Lotus et dormait seul dans l’établissement.
Il a été attaqué dans la soirée du mardi 10 octobre. L’autopsie du Dr Sudesh Kumar Gungadin a conclu qu’Ajith Kumar Tohubul a eu la nuque fracturée, a relevé des ecchymoses sur ses mains et son corps. Ce qui pousse les enquêteurs à penser qu’il a lutté avec son ou ses agresseurs avant d’être tué.