La construction de 500 villas par la compagnie de Beau Vallon Limitée à proximité des wetlands de Pointe d’Esny et de Pointe Jérome soulève de vives contestations des habitants de la localité. Ces derniers soutiennent que ces wetlands ont été rebaptisées dans le EIA sous le nom de « lake » pour devenir le Pointe d’Esny Lakeside Development. Et à cet effet, de gros travaux de backfilling recouvriront une zone sablonneuse sur une hauteur de 1,7 mètre, représentant un sérieux risque sur les wetlands et sur les lagons et parcs marins avoisinants. Tout porte à croire que le Premier ministre, qui devait procéder à la pose de la première pierre de ce projet jeudi dernier, suite aux contestations, a fait faux bond.

En outre, les contestataires du projet demandent que l’État détermine un seuil minimal de “reconquête écologique sur une partie des terres dédiées à un PDS, et de les reconvertir ainsi en espace commun”. À savoir que l’Environment Impact Assessment Permit n’a pas encore été attribué au Pointe d’Esny Lakeside Development Project, malgré le fait que la Compagnie de Beau Vallon ait déjà annoncé son intention d’émettre des bonds à partir du 28 février. Cependant, les contestataires veilleront que les travaux ne touchent pas aux wetlands.

Comme alternative, le collectif des citoyens suggère que cette partie des terres soit convertie en “wetlands dynamiques et productives”.