Les partis politiques reprennent lentement leurs activités cette semaine. Pour la plupart, la vraie rentrée aura lieu la semaine prochaine. Au niveau des partis de la majorité, aucune réunion des instances des partis n’est prévue cette semaine. « Cela n’empêche pas qu’on soit déjà à pied d’œuvre dans les circonscriptions », nous explique Mahen Jugroo, un des dirigeants du MSM.

« Nous sommes cette année dans la sérénité devant la montée de la cote du Premier ministre et leader du MSM, Pravind Jugnauth, durant l’année écoulée. La population apprécie la façon dont il dirige le pays de même que les mesures qui ont été introduites sous son impulsion. Nous sommes certains qu’après le verdict du Privy Council il y aura un nouveau déclic. Nous aurons l’occasion de voir un nouveau visage du leader du MSM déterminé à mener à bien sa vision du pays pour les 50 prochaines années », a expliqué Mahen Jugroo.

Il ajoute : « De nouvelles mesures seront annoncées dans le cadre du Budget 2019/2020. Ce gouvernement a libéré les élèves du fardeau du CPE et a introduit des mesures en faveur des personnes du troisième âge. Afin de réduire la fracture entre les riches et les pauvres, le salaire minimum a été introduit ainsi que le Negative Income Tax, des logements ont été construits pour la classe moyenne, les élèves quittant le HSC auront une bouffée d’air frais en intégrant gratuitement les universités publiques. Pravind Jugnauth veut changer l’image du pays dans tous les secteurs. » Mahen Jugroo a aussi souligné que Rodrigues et les autres de la République ne sont pas oubliées. « Mes sorties à travers l’île me permettent de constater la satisfaction de la population », insiste-t-il.

Au niveau du PMSD, le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, profite de cette période de l’année pour rencontrer les familles dans sa circonscription et celles des autres régions du pays. La rentrée politique du PMSD se fera à Rodrigues, où il dirigera une délégation de son parti à partir du 18 janvier prochain. « Il nous faut être présents dans l’île. De plus, puisque les députés rodriguais soutiennent le gouvernement inconditionnellement, il n’y a aucune raison pour que nous ne soutenions pas l’opposition à Rodrigues. Cela permet d’établir un équilibre », soutient-il. De son côté, Mamade Khodabaccus constate qu’il y a une forte demande en faveur d’une présence plus forte du PMSD dans l’île, où le parti a été présent durant de nombreuses années.

À Maurice, le parti des bleus continue de se préparer en vue des prochaines élections qui, selon les dirigeants de ce parti, pourraient bien se tenir entre juin et juillet de cette année. « Nous travaillons actuellement dans toutes les circonscriptions et procédons la relance des activistes dans toutes les régions », dit-il.

Au niveau du MMM, le bureau politique reprend ses travaux aujourd’hui et une réunion du comité central du parti est prévue mercredi avant que les conférences de presse reprennent à partir de samedi prochain. L’accent sera mis cette année sur la célébration du 50e anniversaire du MMM en fonction du calendrier politique national. « La volonté affirmée par le parti d’aller seul aux prochaines élections générales a été bien accueillie. Nous continuerons à consolider le parti et à nous préparer activement pour les prochaines élections générales sans négliger la situation économique critique dans laquelle se trouve le pays », fait ressortir un dirigeant de ce parti.

Si le PTr n’a pas encore commencé ses activités sur le terrain, la sortie de Fabrice David, fils de feu James Burty David, dans la circonscription No 1 n’est pas passée inaperçue. Fabrice David, actuellement en vacances dans le pays, a profité pour tâter le pouls dans le pays. C’est ainsi qu’à l’occasion du Nouvel An, il avait invité des activistes, qui avaient soutenu son père dans la circonscription No 1 à un « verre de l’unité », à Bain-des-Dames. Il a constaté, lui aussi, que l’année 2019 sera « l’année électorale ». Parmi les invités présents hier se trouvait le président du PTr, Patrick Assirvaden.