PORT-LOUIS - A LA MI-JOURNÉE HIER : Manifestation contre la privatisation de la CWA

La plateforme anti-privatisation, comprenant des syndicalistes du secteur public et des membres de l’ACIM, entre autres, a manifesté hier contre la privatisation de la CWA. Profitant de la tenue d’une réunion entre les parlementaires et des représentants de la Banque mondiale, ils ont levé la voix pour dénoncer la volte-face du gouvernement sur la question.
Ishwarduth Gunness, président de l’Union of Employees of the Central Water Authority (UECWA), est d’avis que la privatisation est une insulte au ministre mentor, Sir Anerood Jugnauth. « En 2000, il y avait déjà un partenariat stratégique signé. Lorsqu’il a pris le pouvoir, il a résilié ce contrat et la CWA a dû payer des dommages de Rs 30 millions. Aujourd’hui, on est en train de redéterrer un cadavre et le faire passer pour la modernité. » Il note également qu’actuellement à travers le monde, le secteur de l’eau est en train de passer du privé au public. « En dix ans, il y a eu environ 250 cas de ce genre. Ici, nous faisons le contraire. »
Narendranath Gopee condamne, lui, l’attitude du gouvernement sur ce dossier. Il estime qu’il y a suffisamment de compétences à Maurice pour gérer le secteur de l’eau. « La Banque mondiale et le FMI n’ont pas leur place à Maurice. Ce sont des institutions néolibérales qui veulent tout privatiser à Maurice. Nous dénonçons également l’attitude d’Ivan Collendavelloo qui s’entête à aller de l’avant avec ce projet. Privatisation de l’eau veut dire profit pour les compagnies et la facture sera plus élevée pour les consommateurs. »
Radakrishna Sadien abonde dans le même sens. Le syndicaliste est d’avis que le gouvernement joue avec les mots en parlant de partenaire stratégique au lieu de privatisation. « C’est une façon déguisée de remplir les caisses des multinationales à travers cet accord. »
Jayen Chellum, président de l’ACIM, rappelle, lui, que plus de Rs 1 milliard du Build Mauritius Fund avait été alloué à la CWA. « Aujourd’hui, on veut faire basculer ce fonds sur le Metro Express. Or, tous ceux qui ont contribué Rs 4 en plus sur l’essence pour le Build Mauritius Fund ont déjà payé pour une augmentation du prix de l’eau. Le General Manager de la CWA l’avait lui-même avoué lors d’une émission à la télé. Aujourd’hui, on vient nous imposer la privatisation comme une modernité. Ce qui veut dire que l’eau va encore augmenter. »