PORTÉE DISPARUE : Le corps de Christiana Chery retrouvé dans un champ de cannes

Le corps de Christiana Chery, une habitante de La Tour Kœnig, Pointe-aux-Sables, âgée de 27 ans et portée manquante depuis le 9 février, a été découvert hier après-midi dans un champ de cannes en face du Business Park à Bambous par un employé de Médine. La CID de Port-Louis, des enquêteurs de la Major Crime Investigation Team (MCIT) et des officiers du Scene of Crime Office (SOCO) s’étaient rendus sur les lieux pour prélever des empreintes.
Pendant qu’il plaçait des tuyaux pour l’irrigation des champs de cannes, un employé de Médine a fait la découverte macabre. Le corps de Christiana Chery portait des blessures à l'abdomen et au cou. Alertés, la CID de Port-Louis, des enquêteurs de la MCIT et des officiers du SOCO s’étaient rendus sur les lieux pour prélever des empreintes. Une autopsie pratiquée hier soir par le Dr Maxwell Monvoisin à l'hôpital Victoria, Candos, a attribué le décès de la jeune mère célibataire à des lacérations au cou et à un coup à l'abdomen.
Deux jours après sa disparition, soit samedi, Berty Chery, le père de la victime, a consigné une déposition au poste de police de la localité pour signaler sa disparition. Après une enquête, la police a arrêté Mohamud Bilal Elahee, un chauffeur de taxi âgé de 24 ans et habitant Quinze-Cantons, Vacoas. Selon nos recoupements d’informations, le chauffeur a été vu se disputant avec la victime le jour de la disparition de cette dernière. Lors de son interrogatoire par le surintendant de police Sailesh Kumar Behary, de la CID de Port-Louis, il a nié toute implication dans cette affaire. Son interrogatoire se poursuit. Selon le père de la victime, Mohamud Bilal Elahee se chargeait de faire toutes les courses de Christiana.
Berty Chery se trouvait au poste de police de la localité lorsqu'il a appris les circonstances dans lesquelles sa fille a trouvé la mort. « Eski enn imin kapav fer bann kriote koumsa avek lavi dimounn ? » se demande-t-il, avec à ses côtés ce matin sa petite-fille, Noémie, qui s'apprêtait à se rendre dans une école maternelle de la localité.
Berty Chery et Marlène, les parents de la victime racontent : « Le jour de sa disparition, Christiana était assise sur notre lit. Elle nous a dit qu'elle devait se rendre dans un bungalow et qu'elle n’allait pas tarder à rentrer. Nous lui avons conseillé de ne pas y aller car sa fille Noémie devait fêter son anniversaire de trois ans samedi. Elle est quand même partie et nous a promis qu’elle n'allait pas tarder à rentrer. » Le père poursuit : « Comme elle n'avait donné aucun signe de vie pendant quelques jours, je suis allé consigner une déposition dimanche au poste de police. »
S'il y a une chose qui a beaucoup intrigué le couple Chery le jour de la disparition de leur fille, c'est bien l'appel qu'aurait reçu Marlène quelques minutes après le départ de sa fille. « Enn dimounn finn telefonn mo madam ek li’nn demann li kouma li apele. Li’nn insiste. Letan mo’nn pran lapel-la, li’nn redemande kouma mo apele. Mo’nn dir li ou apel mwa, apre ou demann mwa kouma mo apele. Li’nn koup telefonn- la apre. »
Berty et Marlène Chery ne cessent de pleurer la disparition de Christiana, d'origine rodriguaise et qu'ils ont adoptée à l'âge de 5 ans. « Noémie a déjà commencé à réclamer sa mère. Nous ne savons quoi lui dire », a confié sa mère en sanglots. Christiana Chery, qui avait fréquenté le collège Medco Cassis, avait envisagé de changer sa vie « pour que Noémie ait un bel avenir. » « Elle est partie trop tôt, malheureusement », dit une proche.