PORTRAIT — Dominique Requin élu Men’s Health Man 2011

Le Mauricien Dominique Requin (36 ans) a été désigné Men’s Health Man 2011 par le célèbre magazine Australian Men’s Health à l’issue d’un concours. Établi au pays des kangourous depuis plus de 24 ans, il sera l’ambassadeur du magazine australien pour une année et sera en couverture dans l’édition de juillet.
Le très réputé magazine Australian Men’s Health a pu atteindre son objectif avec son concours Men’s Health Man 2011. Il a pu identifier la perle rare : l’homme qui incarne la culture de la revue et qui est performant dans son travail, cordial dans ses relations, jouissant d’une forte personnalité et d’une santé robuste avec de bonnes conditions physiques. Plus de 400 hommes en Australie se sont présentés à ce concours avec ambition d’être élu Men’s Health Man 2011 et être l’ambassadeur du magazine.
« C’est ma femme Cindy qui m’a encouragé à participer à ce concours. Elle était convaincue que j’étais en bonne condition physique et que je possédais les qualités requises par le magazine Australian Men’s Health », se souvient Dominique. Le Mauricien de 36 ans se présente au casting à la date de clôture des inscriptions. Sans grand intérêt. À sa grande surprise, il reçoit un coup de fil l’informant qu’il a été retenu parmi les 12 prétendants au titre très convoité : Men’s Health Man 2011.
Dominique – Dom pour les intimes ! – quitte Melbourne (la région où il habite avec sa petite famille) pour se rendre à Sydney, où une série de défis l’attend durant quatre jours. Parmi les épreuves auxquelles il a participé, une consistait à conduire une Volvo S60 sur l’un des circuits les plus célèbres de l’Australie, où le Mauricien a effectué des slaloms ou encore des courses contre la montre. L’étape suivante était un « cooking challenge » où il a mis en exergue ses talents de cordon bleu. Une épreuve qu’il a remportée haut la main alors qu’il s’y attendait le moins. « Je ne sais pas comment je m’y suis pris pour remporter cette épreuve. Ma femme et ma mère n’en reviennent toujours pas », souligne ce père de trois enfants dans un petit rire.
Des courses exigeant des efforts physiques étaient au programme. « C’étaient des rudes épreuves dans lesquelles j’ai fait la plus forte impression sur le jury. Franchir la ligne d’arrivée en premier n’était pas à vrai dire l’objectif des défis… C’était plutôt votre attitude au cours de l’épreuve qui comptait le plus. Je crois que je me suis donné à fond et que j’ai montré mon intérêt lors de la compétition. Mes parents m’ont inculqué des valeurs fondamentales dès mon très jeune âge », soutient Dominique, dont le père Christian Requin est cycliste.
Des séances photos et des entretiens ont suivi afin de déterminer le profil parfait pour la couverture du magazine australien. L’annonce de la proclamation du Men’s Health Man 2011 a été faite mercredi au cours d’une soirée à Sydney. Un soirée qualifiée de « grandiose » par Dominique. C’est devant un parterre de 200 invités que le Mauricien a reçu le titre. Il fera donc la couverture du magazine Australian Men’s Health de l’édition de juillet qui sera mise en vente dès lundi en Australie.
Dominique Requin repart aussi avec une montre Raymond Weil d’une valeur de USD 3 995, six mois de produits de beauté de la marque Nivea For Men et un abonnement de deux ans au magazine Australien Men’s Health. Devenu une véritable icône en Australie, son statut d’ambassadeur du magazine fait l’unanimité. Ian Cockerill, l’éditeur du magazine Australien Men’s Health, déclare que Dominique était le personnage parfait pour paraître en une de la revue : « This is never an easy decision, but Dominique got the nod on the basis of his tremendous attitude, his obvious ability to juggle all aspects of a busy life and an uplifting personality. In all respects, he’s the ideal ambassador for the magazine. »
Malgré son succès, Dominique confie au Mauricien que son intégration en Australie, alors qu’il n’avait que 12 ans, n’a pas été aussi simple : « Les premières années étaient dures, surtout avec la langue anglaise, d’autant plus qu’à Maurice je fréquentais le Lycée Labourdonnais. Ensuite mes parents travaillaient tellement dur au début que nous n’avions pas eu le temps de s’adonner à certaines pratiques, dont le sport. Mais après quelques années, nous avions commencé à nous adapter au mode de vie australien. »
Dominique dédie son succès à ses parents et à sa famille à Maurice. Il est surtout redevable à sa femme et ses enfants qui « without whom this win would be worth much less. I could not have done it without their support and love. They gave me the confidence to “have a go” ». Et de conclure sur ces quelques mots : « Overall, it was an unbelievable experience, with a huge following in Australia which I had completely underestimated. The media exposure and the opportunity overall, was truly a once in a lifetime. I did not expect to win, but I felt that I had done everything to get me there… »
Une belle aventure commence donc pour le Mauricien !