PORTRAIT - TED ONNO : Mannequin pâtissier

Ted Onno s’est lancé dans le mannequinat et la décoration de gâteaux, car la pâtisserie est une histoire de famille. À 25 ans, il est aussi l’égérie d’une marque de vêtements mauricienne. Portrait d’un mannequin pâtissier qui n’a pas peur de mettre la main à la pâte.
Ted Onno profite pleinement de la vie en multipliant les projets professionnels. Ce jeune homme de 25 ans jongle entre le mannequinat et la décoration de gâteaux. “J’ai grandi dans une famille de pâtissiers. Il y a dix ans, mon père a décidé de se mettre à son propre compte et de prendre des commandes de gâteaux. Une petite affaire qui est devenue Pierre’s Cake. Il a transformé une partie de la maison en pâtisserie. Durant mes vacances scolaires, je l’aidais de temps en temps et j’y ai pris goût”, confie celui qui a tout appris en regardant son père mitonner des gâteaux. “J’ai également appris by trial and error et sur internet.”

Deux passions.
C’est sous le feu des projecteurs que Ted Onno séduit et capte l’attention, mais il a aussi un vrai talent de pâtissier. “Le mannequinat m’a permis de rencontrer beaucoup de gens, qui sont devenus mes clients. Les lieux où je vais faire des séances photos m’inspirent parfois pour le décor de mes gâteaux.” Des gâteaux qui sont souvent préparés par sa mère et qui sont ensuite soigneusement décorés par le fils et le père. “Pour les commandes, cela dépend des saisons. Je reçois beaucoup de commandes sur le thème de La Reine des Neiges. Tout récemment, c’est Vaiana, un film de Walt Disney, qui a la cote auprès des petites filles. Lorsque c’est compliqué à réaliser, cela me prend deux à trois heures pour faire un gâteau.”
Après le collège, il s’est essayé à plusieurs petits boulots, mais est toujours retourné à son premier amour : le cake designing. “Ce métier me permet d’exprimer ma créativité et d’organiser mon emploi du temps par rapport au mannequinat, qui occupe une grande place dans ma vie.” Le mannequinat lui a ouvert de nombreuses portes et l’a mis en haut de l’affiche d’une marque mauricienne. “Je suis mannequin depuis sept ans. La première fois que j’ai défilé, c’était durant la kermesse du collège que je fréquentais. J’avais 18 ans. Le plus dur a été de surmonter ma timidité.” Se montrer en public et même monter sur un podium n’est pas chose simple. “J’ai défilé pour Manish Malhotra (un designer indien) et pour des marques nationales et internationales.”

Manger équilibré.
Jonglant entre ses deux activités qui le passionnent, le mannequin de 1m76 au regard ténébreux, au corps finement taillé et musclé, ne sait parfois pas où donner de la tête. “Ce sont deux métiers où nous sommes souvent appelés en urgence à la dernière minute”, confie le gagnant des Backstage Awards en 2016. Sans ses parents, rien n’aurait été simple. “Ils me couvrent quand je dois défiler et quand j’ai des photo shoots à faire.”
Il exerce ses deux passions avec le sourire. “Le mannequinat et la pâtisserie contribuent à mon épanouissement. Je n’ai pas de préférence”, explique cet habitant de Résidence Mangalkhan à Curepipe.
“À Maurice, les mensurations pour être mannequin ne sont heureusement pas respectées à la lettre. Je suis le plus petit mannequin ici.” Un désavantage qu’il compense en gardant une taille parfaite. “J’essaie de faire du sport aussi souvent que possible pour garder la forme. Le fait de toujours manger équilibré à la maison m’aide énormément.” Des règles alimentaires qu’il suit, même en pâtissant. “Je goûte uniquement pour être sûr que c’est bon. J’apprécie un millefeuille ou un moelleux au chocolat de temps en temps.”
Depuis quelque temps, il est attiré par le cinéma. “J’essaie d’auditionner pour les films qui sont tournés à Maurice. La semaine dernière, j’ai fait de la figuration pour un film indien.”
Les rêves plein la tête, Ted Onno veux se rendre en Asie pour se consacrer entièrement au mannequinat. “C’est un projet qui me tient à cœur. Je verrai pour la suite”, conclut-il.