Un Mauricien, installé à Dubaï ces dix dernières années, et connu pour ses posts jugés “irritants” par les autorités mais appréciés des internautes, a failli être déporté ce mercredi 7 novembre.

En effet, Shameem Korimbocus est réputé sur la toile comme étant « a fierce critic de Showkutally Soodhun » et d’avoir été à l’origine des expressions « sheik menteur » et de « pichow pichow » dans un enregistrement vidéo imitant le même Showkutally Soodhun menaçant le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, de mort.

Or, dans la journée d’hier, ce Mauricien devait recevoir la visite d’une escouade d’officiers des services secrets de ce pays avec un mandat d’arrestation et de déportation. Les sources du Mauricien affirment que « the deportation papers were signed by the General Commander of the Dubai Police ».

Shameem Korimbocus doit son salut à ses contacts en Arabie Saoudite, soutenant que les posts sur Facebook ne constituent nullement une atteinte à la sécurité de l’État. De ce fait, les contacts du Mauricien font comprendre que « he has been summoned to appear before the Immigration Head Quarters at Deira today at 10am where he will sign a warning and undertaking to stop posting against the government of Mauritius from the UAE territories. He has been barred from posting anti-govt videos and opinions from Dubai ».

Toutefois, la question qui se pose est qui est derrière cette démarche en prenant le titre ne paraissant pas dans la Constitution de “minister for Islamic affairs of Mauritius”. Cette affaire est appelée à connaître des rebondissements sur le plan politique à Maurice et à l’étranger vu que le cercle d’amis de Shameem a alerté les Nations unies, l’Union européenne, les États-Unis contre cette atteinte à la liberté d’expression au lendemain de la proclamation de la nouvelle loi contre les internautes avec des amendements au Judicial and Legal Provisions Act.