Poursuivi pour trafic de drogue dans l’affaire de la passeuse malgache Johana Zafera, qui purge actuellement 20 ans de prison, Louis Clarel Nicholas Lajeune, un soudeur habitant Quatre-Bornes, a comparu devant la Cour d’assises hier. Il a demandé à la cour de lui accorder du temps additionnel pour retenir les services d’un avocat. Le juge Benjamin Marie-Joseph lui a accordé un dernier renvoi. Le 20 janvier 2016, lors de sa prochaine comparution, son homme de loi devra être présent en Cour.
Le 20 juillet dernier, l’ADSU avait saisi de 11,62 g d’héroïne sur Nomenjanahary Johana Zafera à son arrivée à l’aéroport. La Malgache, âgée de 28 ans au moment des faits, avait soutenu qu’elle avait été « piégée par des contacts » malgaches qui lui avaient demandé de remettre deux valises à des Mauriciens. En prenant possession des deux valises à Madagascar, la jeune femme avait pris la précaution de les fouiller, mais n’y avait rien trouvé de suspect. Ce qu’elle ignorait, selon elle, c’est que les trafiquants avaient démonté les poignées des valises pour y placer des boulettes d’héroïne. Interrogée, la passeuse avait immédiatement accepté de collaborer avec l’ADSU dans le cadre d’une opération de livraison contrôlée. Elle avait alors indiqué qu’elle devait effectuer la livraison à un des contacts mauriciens sur le pont de Grande-Rivière-Nord-Ouest vers 17 h ce jour-là. Lors de l’opération, les hommes de l’ADSU avaient procédé à l’arrestation de Louis Clarel Nicolas Lajeune, un soudeur, alors âgé de 33 ans, habitant Cité Beau-Séjour, Quatre-Bornes. Le suspect avait déjà pris livraison des deux valises et se dirigeait vers une voiture qui l’attendait plus loin lorsqu’il avait été appréhendé. Dans le même temps, une autre équipe de l’ADSU se trouvait à Albion afin d’arrêter un certain Youne Rosette, le commanditaire présumé de la drogue saisie. Le procès de Johana Zafera s’est déroulé devant la Cour d’assises en février dernier.