Lors d’une conférence de presse, hier, le président du Mauritius Labour Congress/All Workers Federation (MLC/AWF), Haniff Peerun, a réclamé la démission ou, à défaut, la révocation du directeur du Pay Research Bureau (PRB). Il a énuméré plusieurs raisons pour justifier sa demande.
D’emblée, Haniff Peerun a déclaré que les fonctionnaires sont déçus du contenu de ce rapport qui, selon lui, ne cadre pas avec la politique du gouvernement et sa vision de moderniser le service civil. « La frustration est à son comble dans tous les secteurs, il n’y a aucune motivation », a-t-il souligné.
Analysant le rapport, M. Peerun a estimé qu’il contient « trop de littérature et de répétitions ». « Il parle des projets du gouvernement qui n’ont rien à faire avec le PRB. Dix pages auraient suffi sur les conditions de service, par exemple », dit-il.
Citant quelques anomalies, M. Peerun a estimé que c’est insultant d’accorder un « increment » de Rs 5 à Rs 10 aux « general workers » contre Rs 3 000 pour les salaires se trouvant en haut de l’échelle qui tournent autour de Rs 200 000. « À noter que l’entertainment allowance perçue par les hauts fonctionnaires est plus forte que le salaire d’un « general worker ». L’écart salarial entre ceux au bas de l’échelle et le top management est très conséquent. C’est inacceptable », a-t-il lancé.
Selon le président du MLC/AWF, le rapport n’annonce aucune amélioration dans les conditions de service des fonctionnaires. « Au contraire, il a enlevé certains droits acquis des fonctionnaires. Exemple : la « retention allowance » accordée aux infirmiers pour qu’ils restent au pays a été enlevée. Au département du SAMU, la « risk allowance » est accordée seulement aux médecins et aux infirmiers mais pas aux chauffeurs et aux « attendants », qui s’occupent eux aussi des patients dont certains souffrent de maladies contagieuses. Les cuisiniers ont leur risk allowance mais pas eux », a-t-il fait ressortir.
Poursuivant sur les anomalies, M. Peerun a regretté que le PRB n’ait pas cru bon d’accorder une « meal allowance » aux chauffeurs d’ambulance et qu’il ne dise rien sur le recrutement de « female attendants » pour s’occuper des femmes enceintes qui voyagent dans ces ambulances. Et de parler aussi des cas des fonctionnaires qui se retirent, après 40 ans de service, sans aucune promotion. « C’est mieux au Bureau de l’Education Catholique (BEC) où l’enseignant qui se retire après 33 1/3 ans de service est promu obligatoirement avant sa retraite », a-t-il déclaré.
M. Peerun a, par ailleurs, dénoncé la décision du PRB d’accorder 100 % de « duty » aux conseillers politiques pour l’achat d’une voiture et leur accorde aussi une « travelling allowance » de Rs 7 200 mensuellement. Pour lui, les nominés politiques ont plus de considération dans ce rapport.
A une question du Mauricien, M. Peerun a trouvé positive l’extension de l’âge de la retraite à 65 ans mais, a-t-il ajouté, « la pension universelle pour tous doit être maintenue à 60 ans, comme c’est le cas actuellement ». Il se dit également en faveur de l’introduction du flexitime « qui va résoudre le problème de congestion routière ».