PREMIÈRES ESCARMOUCHES DE LA SAISON—BRIAN GLOVER: « Le président du MTC ment outrancièrement »

Le différend qui oppose le Mauritius Turf Club (MTC) à SMS Pariaz Ltd, qui aurait une ardoise de Rs 6 millions au détriment de l'organisateur des courses, a pris une nouvelle dimension cette semaine après les accusations à peine voilées du nouveau président du MTC, Mukesh Balgobin, sur le rôle d'un ancien président du club dans cette affaire.
C'est lors d'une émission de radio que Mukesh Balgobin a décoché le premier coup en pointant du doigt le rôle de Brian Glover, qu'il a accusé en substance de jouer un « double jeu » dans le litige opposant le MTC à SMS Pariaz Ltd. Le président du MTC a trouvé « inapproprié » que Brian Glover défende aujourd'hui les intérêts de SMS Pariaz Ltd au détriment du MTC, après avoir agi comme conseiller du MTC « sur ce même dossier ».
La réaction de Brain Glover ne s'est pas fait attendre. Il accuse le nouvel homme fort du MTC de « mentir » à ce sujet. « Les déclarations faites par Mukesh Balgobin tentent de mettre en doute mon intégrité professionnelle. Mukesh Balgobin essaie de faire croire que j'aurais, en ma capacité d'avocat, simultanément conseil, d'une part le MTC, et de l'autre SMS Pariaz Ltd sur le même item qui est aujourd'hui sujet d'une affaire en cour. Le président du MTC ment outrancièrement. Je ne suis ni avocat du MTC et encore moins celui de SMS Pariaz Ltd », précise d'entrée l'homme de loi.
« Dû à l'absence de l'avocat du MTC »
Brain Glover soutient avoir travaillé pour le MTC en deux occasions l'année dernière, dont, selon nos informations, sur le dossier de la mise en retraite de Benoit Halbwachs comme general manager du MTC. « En deux occasions, dû à l'absence de leur avocat attitré, le MTC a fait appel à mes conseils sur des sujets qui ne concernent aucunement le litige qui existe aujourd'hui entre le MTC et SMS Pariaz Ltd. Je dispose de tous les documents qui le prouvent », avance encore notre interlocuteur.
Il reconnaît avoir été présent à trois réunions pour discuter de l'affaire SMS Pariaz Ltd et tenter de régler ce dossier. « Lorsqu'il y a eu des négociations entre le MTC et SMS Pariaz Ltd, pour tenter de régler leur dispute à l'amiable, le directeur de SMS Pariaz Ltd m'a demandé de participer aux rencontres conjointes entre les deux parties afin de trouver une solution à l'amiable. Je l'ai fait dans la transparence la plus totale avec l'assentiment de toutes les personnes concernées », explique encore Brian Glover. Au moins une de ces réunions a eu lieu à la Rue Madame au siège du bureau d'un autre ex-président du MTC, Gilbert Merven.
L'ex-président de l'Equal Opportunities Commission  ajoute : « Jamais je n'aurai cru que quelqu'un qui est président du MTC puisse mentir avec autant d'aplomb. Je compte saisir la justice tant au civil qu'au pénal ».
Il va sans dire que la température au Champ de Mars est au diapason de celle qui prévaut dans le pays. Après la confusion qui a prévalu sur le dossier du commingling, il faut souhaiter maintenant que les esprits se calment pour permettre aux courses de reprendre leurs droits en toute sérénité.



PARIS — RS 6 M RÉCLAMÉES À SMS PARIAZ LTD: Le MTC tient la corde raide
Une ultime réunion vendredi dernier entre les représentants du Mauritius Turf Club (MTC) et SMS Pariaz Ltd, autour d'une réclamation de l'ordre de Rs 6 millions devant la GRA (Gambling Regulatory Autority), n'a rien donné de positif. À une semaine de l'ouverture officielle de la saison 2017, tout laisse croire que cette affaire va se terminer devant les juges. En effet, réunies vendredi dernier dans les locaux de la GRA au Newton Tower, les deux parties ne sont pas arrivées à un consensus. Le MTC ayant décidé de tenir la corde raide dans sa démarche pour considérer la compagnie SMS Pariaz Ltd, qui détient un permis de offcourse bookmaker (Remonte control), avec un statut particulier pour lui réclamer 4.5% sur son turnover, alors que ce même taux n'est pas imposé aux autres bookmakers, qui eux aussi travaillent offcourse.
C'est un différend qui ne date pas d'hier, les Rs 6 millions réclamés à SMS Pariaz Ltd étant pour la saison 2016. Selon les informations de Week-End, trois réunions ont eu lieu durant la saison dernière ; une en présence du président du MTC d'alors, Alain Noël, une autre avec l'Administateur et comptable, Pierre du Mée, et la dernière avec le legal executive et le comptable du MTC. « À la dernière réunion, une solution a même été trouvée pour régler ce différend, mais subitement cette année, les choses ont changé et le MTC ne veut pas entendre raison», nous explique un proche du dossier.
Depuis ces deux dernières semaines, les discussions n'ont cessé entre les deux parties, sans pour autant déboucher sur une solution. L'arbitrage de la GRA avait été sollicité et une réunion devait avoir lieu lundi dernier, mais elle fut annulée sur les directives du MTC. Une nouvelle a été programmée vendredi sans succès. Il faut savoir qu'une licence de bookmaker est valide pour une année et, à chaque début de saison, c'est une nouvelle licence qui doit être émise. Les négociations ayant bloqué, une action légale est plus que jamais envisagée par la direction de SMS Pariaz.
Cette dernière estime n'avoir pas bénéficié de «fair treatement» en tant que offcourse bookmaker, selon les dispositions de la GRA Act. En effet, pour 2017, le MTC a imposé un pourcentage de revenu sur leur turnover de l'ordre de 3.5% pour les totalisateurs offcourse, 4% pour les bookmaker offcourse et 4.5% sur SMSbookmaker offcourse.
La bataille est donc engagée.