Tandis que 318 aspirants médecins ayant déjà obtenu leur diplôme prennent part aujourd’hui à des examens organisés par le Medical Council  – 241 pour décrocher un internat et 78 pour l’obtention du Certificate of Registration –, d’anciens de la profession sont convoqués ces jours-ci par l’Ordre des Médecins à cause de leurs écarts du Code of Practice. Ce rappel à l’ordre ne serait pas vain. « Certains ont déjà changé leurs habitudes », disent  des responsables du MC. Par ailleurs, une cinquantaine de candidats à l’internat tenteront leurs chances pour… la troisième fois.
Les deux examens prévus aujourd’hui se tiendront au Queen Elizabeth College, et ce sous la supervision du Mauritius Examinations Syndicate. Notons que les questionnaires ont été préparés par le National Board of Examinations of India (NBEI) et que l’examinateur indien assure la correction des scripts. Ces examens sont organisés deux fois l’an, la précédente épreuve pour l’internat, en juin dernier, ayant été marquée par des mécontentements d’un bon nombre de candidats au sujet des « modifications apportées à la structure du questionnaire ». Ces anciens candidats avaient protesté officiellement auprès du MC et du ministère de la Santé.
« Pour ces deux examens, nous nous sommes assurés que tous les candidats ont eu toutes les informations nécessaires dans les délais. Le MC n’est nullement concerné par la préparation du questionnaire ni par la correction des scripts », fait ressortir le Dr Kailesh Jagatpal, président du MC. Les représentants de l’examinateur indien sont arrivés  hier et repartiront demain matin avec les copies des candidats. Les résultats de ces examens seront publiés dans deux semaines et le MC espère « une bonne performance » des candidats, souhaitant surtout que ceux qui en sont à leur deuxième ou à leur troisième tentative puissent enfin franchir cette étape.
Autre préoccupation du MC : les cas de médecins ne respectant pas les règlements dans la pratique de leur profession et qui ont été convoqués pour un rappel à l’ordre. « Il ne s’agit pas de cas de négligence médicale allégué », précise le président du MC. « Il y a des médecins qui ne sont pas Compliant au Code of Practice. Nous avons eu pas mal de doléances à ce sujet et nous avons nous aussi relevé certains manquements. Nous avons demandé à ces médecins de venir nous voir pour donner les explications nécessaires sur certains faits. Ils ont été avertis que le MC n’hésitera pas à les sanctionner s’ils ne changent pas leurs mauvaises habitudes », prévient le président du MC.
Les reproches faits à des médecins sont de différentes natures : mauvaises connaissances de la loi, auto-publicité sur des réseaux sociaux et participation dans des publicités payantes pour des cliniques privées dans les médias; prescriptions indéchiffrables; prescription de “dangerous drugs” non conformes aux règlements; prescriptions pour un nombre excessif de certains tests médicaux, etc.
Le MC se dit déterminé à mettre un frein « aux mauvaises pratiques pour préserver la bonne image » de la profession et pour éviter que les nouveaux venus sur le marché du travail ne tombent dans de pareils travers. « Nous allons veiller scrupuleusement au respect des règlements mais cela ne suffit pas pour maintenir les bonnes pratiques. Dans nos discussions, nous avons en effet noté que la profession est marquée par une compétition à outrance et par l’individualisme. Ne faudrait-il pas aller vers une culture de “team work” ? Je pense que c’est un concept qu’on devrait encourager chez les jeunes qui débutent dans la profession », avance le président du MC, qui compte mettre l’accent sur la communication.
Ce qui réconforte le MC en cette fin d’année, c’est le retour plutôt positif des médecins durant l’année écoulée au critère « 12 points obligatoires » et relatif à la formation continue (Continuous Professional Development – CPD) pour figurer sur le registre annuel du MC. Ce critère figurant dans la loi aurait dû être en vigueur pour le registre 2017 mais les autorités ont dû faire marche arrière « exceptionnellement » en raison du nombre conséquent de médecins n’ayant pu obtenir l’année dernière les 12 points requis.
À deux mois de la publication de cette prochaine liste officielle des médecins, les responsables du MC disent qu’ils sont « plus ou moins satisfaits » de la démarche entreprise par leurs confrères pour obtenir ces fameux 12 points, en avançant les derniers chiffres. Sur un total de 2 700 médecins, 1 733 ont ainsi déjà eu leurs « 12 points » tandis que 576 autres en ont la moitié et mettent les bouchées doubles pour obtenir les points qui leur manquent. Parmi les médecins dont le compteur est toujours à zéro, plusieurs ne sont pas à Maurice et d’autres ne pratiquent plus leur profession.