Pendant presqu’une heure, le leader du PTr, Navin Ramgoolam, a fait le procès du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth. Lors d’un congrès hier soir à Lallmatie, évoquant les diverses allégations de passe-droit, de favoritisme, de népotisme et de corruption entichant le gouvernement de l’Alliance Lepep jusqu’ici, il a dit son scepticisme quant à la volonté du Premier ministre de ne pas recourir à des « cover-up ».
« Anerood Jugnauth ena enn sel azanda : detwruir Navin Ramgoolam, afebli Parti travailliste (PTr) ek prepar tronn pou so garson ki apel Pravind Jugnauth ! » C’est avec ce réquisitoire que l’ancien Premier ministre a conclu son congrès hier soir au Swaraj Bhawon, Lallmatie.
Pendant presqu’une heure, Navin Ramgoolam aura évoqué une à une presque toutes les diverses allégations de passe-droit, de favoritisme, de népotisme et de corruption qui ont défrayé la chronique depuis l’avènement du gouvernement de l’Alliance Lepep en décembre 2014.
« Anerood Jugnauth nepli kapav diriz pei. Ena kriz lor kriz, kriz konfians, kriz politik », s’est empressé de conclure le leader des rouges. « Li dir li pou san pitie. Me parol boukou, aksyon zeor », a-t-il soutenu pour expliquer ses doutes quant à la volonté du Premier ministre de « netway le pei ».
Pour soutenir ses dires, Navin Ramgoolam a évoqué, entre autres, l’allégation de demande de pot-de-vin de l’ancien ministre Raj Dayal, l’affaire des Horsepower falsifiés à la National Transport Authority (NTA), l’emprunt de l’ancien ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo auprès de la State Bank of Mauritius (SBM), le procès contre Prakash Maunthrooa, conseiller auprès du PM, dans l’affaire Boskalis, la nomination de Youshreen Choomka au poste de directrice de l’Independent Broadcasting Authority (IBA) dont elle était la présidente du conseil d’administration, la fermeture de la Bramer Bank, l’affaire de la British American Insurance (BAI), l’arrestation des « adversaires politiques » de l’Alliance Lepep, entre autres.
Rappelant chacune de ces affaires, le leader du PTr a fait de graves allégations contre les personnes supposément impliquées ainsi que contre le PM. « Zot fer ou krwar ki zot pe netoye, ki zot pe defann ou l’intere, me se zot prop l’intere ki zot pe defann », a-t-il martelé.
Dans le cas du ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, Navin Ramgoolam dira : « Ki fer Anerood Jugnauth na pa met li deor ? Eski li per enn eleksyon partiel dan N° 7 (Piton/Rivière-du-Rempart) ou eski li per Vishnu Lutchmeenaraidoo met so pese deor ? Dayal pa arete. Adverser politik aret san pitie », s’est-il indigné en évoquant le cas de l’ancien ministre de l’Environnement.
L’orateur a également commenté l’arrestation de certaines personnes sous des charges provisoires, dont le jeune informaticien Ish Sookun, arrêté sous une charge de terrorisme.
Navin Ramgoolam a aussi vivement critiqué le projet de Smart Cities, ceux du Domaine les Pailles et de Heritage City, notamment. « Zot priorite se fer biro pou Premie minis ? » a-t-il ironisé.
Le ministre Roshi Bhadain en a également pris pour son grade. Navin Ramgoolam a vivement critiqué le projet d’intention du gouvernement de prendre l’argent du National Pension Fund, de la SICOM et de la SBM pour rembourser les clients du Super Cash Back Gold de la BAI. « Zot pa ti dir ki zot pa pou pran larzan kontribiab ? » s’est-il demandé.
Navin Ramgoolam a fini son intervention en ironisant sur le slogan de l’Alliance Lepep aux élections générales de décembre 2014. « Na pa plore Mam, PTr la mem ! »