Dayanundlall Basant Roi fait partie des rares tribuns ayant laissé leur empreinte dans la vie politique et sociale à Maurice. A l’occasion du 26e anniversaire de son décès, le magazine trilingue Indradhanush lui consacre une centaine de pages comprenant des articles et des poèmes en hindi et dans une traduction anglaise ou française.
Dayanundlall Basant Rai a consacré sa vie à oeuvrer pour la promotion de la langue hindi à Maurice et au niveau international. Déjà, en 1975, alors qu’il était ministre de la Jeunesse et des Sports, il s’est rendu en compagnie du Premier ministre d’alors, sir Seewoosagur Ramgoolam, pour participer aux travaux de la première conférence mondiale sur la langue hindi à Nagpur. Il y a fait un vibrant plaidoyer pour que l’hindi soit reconnue comme l’une des langues officielles utilisées par les Nations Unies. Outre la promotion de l’enseignement de l’hindi et du sanskrit, Dayanundlall Basant Rai a beaucoup contribué au développement de Grand-Bassin.
Pahlad Ramsurrun, l’éditeur d’Indradhanush souligne dans un article que Dayanundlall Basant Rai était un farouche défenseur de la langue hindi et durant les derniers moments de sa vie, il a traduit le Bhagavad Gitaen créole et an bhojpuri. Il avait organisé la seconde conférence mondiale sur l’hindi à Maurice et a beaucoup contribué pour le développement des villages du sud et surtout de La Rosa où il était originaire. Rajendra Arun, ami personnel de Basant Rai, Janardan Callychurn, Nirupa Sukraj, Benymadhoo Ramkhelawon, Sonalal Neemdharry, Jagat Prakash Torul, Monishankar Ramdhony, Devika Proag, Bhavna Fulena, Indradev Bhola Indranath, Dr Bhagat Madhukar, Mooklall Lokmun, Vishnuduth Mudhoo, Dr Indraduth Chunnoo, Khemlall Basant Rai et Yvan Martial ont consacré plusieurs articles pour honorer la mémoire de Basant Rai.
Yvan Martial souligne que “Dayanundlall Basant Rai, né le 2 novembre 1923 et décédé le mercredi 22 novembre 1989, était un dévoué serviteur des habitants des régions Vieux Grand-Port/New-Grove, un dévot hindou dont l’inclassable dévouement à la cause de la sanctification du sanctuaire sacré de Grand-Bassin, demeure un témoignage d’émerveillement, d’édification, mais surtout de modèle à suivre”.