QUATRE-BORNES : La voirie au centre des préoccupations

Alors que la maire, Rooma Meetoo, n’a pas caché son exaspération devant le problème récurrent du ramassage d’ordures ménagères dans certains quartiers de Quatre-Bornes, les conseillers tendaient à blâmer tantôt l’administration tantôt les éboueurs, lors de la réunion du conseil municipal, hier. Le Chief Finance Officer, M. S Veerasamy, invité par la maire à prendre la parole, a déploré le manque de ressources pour expliquer la situation.
« Les citadins ont voulu d’une nouvelle équipe pour nettoyer et redresser la ville, et pourtant Quatre-Bornes n’est pas plus propre qu’avant. Comme maire de la ville, ce n’est pas par fierté, ni par colère que j’avoue ceci, mais par tristesse », a lancé la maire de Quatre-Bornes, Rooma Meetoo, au début de la séance.
« Les citadins n’acceptent pas l’idée que leurs ordures s’entassent durant des semaines sans être enlevées par la Mairie… Deux mois se sont écoulés depuis que nous sommes ici et la situation reste la même. Dans certains cas, elle empire. Nous, les conseillers, piétinons sur place à faire comprendre que cette situation doit être améliorée », a ajouté Rooma Meetoo. « Je fais un appel pressant à l’Acting Chief Executive, qu’il fasse comprendre aux chefs de départements qu’on ne demande qu’une chose : que chacun fasse son travail convenablement et consciencieusement », a-t-elle lancé d’un ton excédé.
Ainsi, alors que les conseillers de la majorité MMM/MSM tendaient à blâmer l’administration municipale, ceux de la minorité PTr/PMSD critiquaient leurs collègues de la majorité, à l’instar du conseiller Shankar Gaya. Le conseiller Guy Troylukho, lui, a défendu les éboueurs nouvellement recrutés par le précédent conseil municipal peu avant les élections.
Invité par la maire à expliquer la situation, l’Acting Chief Executive, M. Manna, a affirmé que malgré les recommandations de l’administration, la Local Government Service Commission (LGSC) n’a pas recruté de “middle management”, ce qui a quelque peu perturbé le service par cette absence de supervision.
Invité à donner sa version des faits, le Chief Finance Officer, M. Veerasamy, a expliqué ces perturbations dans le service de voirie par un manque aigu de ressources. « Malheureusement, aussi longtemps qu’on n’aura pas les ressources nécessaires en termes de main d’œuvre et d’équipements, ces problèmes risqueront de perdurer », a-t-il fait comprendre.
Par ailleurs, lors de son intervention à l’item “Communication”, Rooma Meetoo a mis en garde contre la non-réalisation de certains projets par manque de fonds. « Durant des années, des dizaines et des dizaines de projets non réalisables et non réalisés se sont entassés à la municipalité. Cette année, vu que le ministère des Administrations locales s’est vu allouer moins de fonds encore, cela rejaillit davantage sur les municipalités », a-t-elle indiqué.
La construction d’un nouveau marché municipal, le projet de construction de marché de quartier et le problème de la circulation routière au centre-ville ont aussi été au centre des discussions. Le conseiller Raj Gaya a réclamé de la maire que la Trafic Management and Road Safety Unit remette à la municipalité une copie de l’étude qu’elle aurait faite sur la circulation à Quatre-Bornes, comme révélé par la députée Nita Deerpalsing. « Si l’on ne reçoit pas ce rapport, on devrait conclure qu’il n’existe pas », a-t-il affirmé.