Alors que la frénésie du shopping de fin d’année gagne le pays et que la chaleur de l’été nous accable, les électeurs de la circonscription de Belle-Rose/Quatre-Bornes se trouveront demain face à leurs responsabilités citoyennes et démocratiques avec l’organisation de la partielle provoquée par la démission de Roshi Badhain du parlement en juin dernier. Si la compagne électorale dans la circonscription avait commencé dans l’indifférence, elle polarise aujourd’hui de manière consciente l’attention d’une grande partie de la population grâce aux médias en général. La campagne donne en effet lieu a des compte rendus quotidiens dans la presse écrite et parlée, auxquelles s’ajoute les couvertures des activités dans la presse électronique et les médias sociaux, qui ont produit et retransmis des interviews et des débats entre les principaux candidats de cette élection. Ce qui fait que la question “Ki pozision Quatre Bornes ?” est la question inévitable à laquelle on tente de répondre, principalement les journalistes suivant l’évolution de la campagne depuis le début. Bienheureux celui qui serait cependant en mesure de répondre à cette question avec précision. C’est d’ailleurs là que réside tout l’intérêt de cette élection. Car contrairement à ce que veulent faire croire les différents partis politiques, la réponse n’est pas écrite sur les murs. La lutte pour la victoire dans cette joute électorale se jouera jusqu’à la fermeture des 13 bureaux de vote de la circonscription.

Au-delà des discours politiques et des slogans des différents partis et candidats à cette élection, il est important de garder en tête que ce qui se passera dans la circonscription de Belle-Rose/Quatre-Bornes n’est pas une banalité. Toute élection législative, qu’elle soit partielle ou générale, concerne en effet ce que les Mauriciens ont de plus précieux : la démocratie parlementaire. Cette dernière donne d’ailleurs tout son sens à l’article premier de la Constitution, qui stipule que Maurice est une République démocratique. Qu’on le veuille ou pas, elle est à la base du succès économique et social de Maurice et assure la stabilité politique et la permanence de l’État sur lesquelles Maurice a bâti sa réputation au niveau international.

Dans le cadre de cette démocratie représentative, le droit de vote est l’un de nos droits les plus sacrés et pour lequel des hommes et des femmes ont lutté et se sont sacrifiés. On ne se rend pas aux urnes parce que les partis politiques et les politiciens nous demandent de le faire, mais parce que ce droit est garanti et est protégé par la Constitution du pays. La démocratie et l’unité nationale ne doivent pas être prises pour acquis. Toutes deux doivent en effet être entretenues  constamment. Exercer son droit de vote fait donc partie de cette démarche citoyenne.

Certes, on peut quelquefois être dégoûté par le comportement de certains politiciens et par les promesses faites en l’air par des responsables de partis. Mais le vote est une démarche individuelle qu’on utilise en son âme et conscience pour choisir celui qu’on estime le plus à même de nous représenter ou qui pourrait consolider l’action de son parti à l’Assemblée nationale. Il est dommage toutefois que la manière de faire du gouvernement en place a contribué à la perception qu’il n’a aucun respect pour cette élection. On comprend ainsi mal la raison pour laquelle des séances parlementaires ont été convoquées ce jeudi et ce vendredi après-midi. Qu’est-ce qui l’empêchait en effet de convoquer une séance parlementaire mardi ou mercredi prochain ? Ce qui aurait permis au nouvel élu de prêter serment et permis au Premier ministre de faire, comme à l’accoutumée, un bilan des travaux parlementaires de l’année et de présenter ses vœux aux parlementaires et au pays ? Ce n’est pas parce que l’alliance gouvernementale n’a pas présenté de candidat que l’élection partielle a perdu de son importance.

Souhaitons que les électeurs de Belle-Rose/Quatre-Bornes jouent le jeu et que cette élection soit une célébration de la démocratie parlementaire. Tout le pays a désormais les yeux tournés vers cette circonscription car cette élection aura des effets indéniables sur l’avenir des partis politiques qui y  participent et sur la politique en général. Et que le meilleur gagne !

Jean Marc Poché