La sincérité se traduit dans l’action, non pas dans les discours. À part quelques mesures monétaires inscrites dans son manifeste électoral qu’il était tenu de prendre bon gré mal gré, le gouvernement SAJ a fait jusqu’ici le contraire de ce qu’il avait promis. Sauf la mise en taule de Ramgoolam pour une nuit, ce que lepep a, certes, acclamé. Voyons les points suivants :
• Le gouvernement n’a pu booster l’économie du pays. Qu’ils sont imaginaires les 10 000 emplois promis!
• La dette publique a grimpé par Rs 22 milliards en une année, passant de 237,7 à 259 Mds de décembre 2014 à décembre 2015 (chiffres du FMI). Un record!
(Si on laisse faire, la barre des 300 milliards sera atteinte bien vite. En intérêts seulement, il s’agit d’une somme astronomique que les Mauriciens auront à rembourser annuellement. Ce ne sera que ruine pour les entreprises et les individus).
• Le GM n’a pas été en mesure de réduire le nombre de crimes ni celui de morts sur nos routes.
• L’alliance Lepep n’a-t-elle pas trahi le vote de l’électorat (« Gouverner pour le peuple et avec le peuple », titrait son manifeste électoral en date de novembre 2014) par le biais d’un gros manque à gagner pour les caisses publiques sur les projets de smart cities en s’accouplant avec le secteur privé dans le mariage PPP?
•À travers la Build Operate Transfer, on fera perdre au pays des milliards de roupies en n’ayant aucun contrôle sur les coûts des projets qui me semblent largement surestimés; qui plus est, il me semble que ceux-ci risquent d’entamer notre souveraineté.
(De même que le mot ‘Smart’, le terme BOT ne se trouve nulle part dans le manifeste électoral, sauf peut-être une seule fois dans le mot ‘paquebots’…)
• On a toléré la pratique du détournement honteux d’appels à candidatures.
Bref, j’estime que la prestation de SAJ durant ces quinze mois passés n’a guère été positive pour le pays et la population. Il s’est éloigné de son manifeste électoral et n’avait pas de véritable contrôle sur des personnes nommées à des postes clé, celles-ci profitant de leur situation et de son mea culpa pour procéder à un maja karo, comme l’avait fait son prédécesseur d’ailleurs.
À la lumière de ce qui est susmentionné, si SAJ veut du bien pour le pays, pourquoi ne laisse-t-il pas à d’autres le soin de prendre les rênes du pays pour le mener à bon port?