ANNE EMMANUEL

Qui peut réunir une telle foule, avec une telle allégresse ?
Notre cœur n’était-il pas brûlant au pied de cette montagne et dans la plaine ?
Tant de personnes, différentes et unies, là pour voir, pour aimer, pour danser, pour donner, pour écouter, pour prier.
Qui peut réunir autant de communautés, autant de vieux, de moins vieux, de jeunes et d’enfants ?
Qui peut donner tant de joie sans avoir recours à autre chose que le fait d’être présent, même en étant loin ?
Une ambiance de fête, un esprit d’accueil et de fraternité, des regards tournés vers l’autre pour ensuite faire face à soi dans le recueillement, avec paix.
Qui peut faire passer de la symphonie des instruments et des éclatements de voix, à un harmonieux silence ? Un silence aussi subtil qu’une tendre caresse.
Qui peut faire les “sages” de nos jours se découvrir humbles et petits, se dévoiler un peu ou se dépouiller de leurs prétentions et de leurs (pseudo?) connaissances ?
À part pour quelques rares personnes dont l’ego est leur maître ou que la plainte est une nourriture habituelle, tous, tout orgueilleux que nous sommes, nous avons été saisis, nous avons eu le cœur pétris… certains n’ont pas dû ou pas pu comprendre.
Oui le pape François nous a amenés, Mauriciens et étrangers, pauvres et riches, à cette communion de cœur.
Mais il le sait, il a été l’instrument principal, élu, qui nous a fait ouvrir notre cœur, pour découvrir que nous sommes capax Dei *.
Par notre accueil et notre ouverture de cœur et d’esprit, nous avons laissé le Maître de l’univers demeurer en nous.
Maintenant redescendons dans le monde avec tout ce beau, ce grand, ce fort, ce bon. Et ne nous laissons rien voler de tout cela. Soyons simplement témoins.
Qui peut ?
Dieu seul peut.

P.S : Maranatha

*Capable de Dieu