Pour qui sonnera le glas en 2017?

De décembre 2014 à décembre 2016, cela fait deux ans. Un palmarès peu enviable pour une alliance gouvernementale chancelante. Au lieu d’un miracle économique comme promis, elle a fait reculer le pays de plusieurs années, stopper net les affaires et a impacté la dette publique de 21% ! Et, sans les 20 milliards de roupies d’aide indienne, le ministre mauricien des Finances et du Développement économique aurait-il pu boucler son Budget 2016-17 ? Tout cela ajouté à la politique revancharde et kraz boja du MSM et celle, arrogante, du ML, le public mauricien désabusé, trahi, n’en a que du dégoût. Le PMSD a bien fait de quitter cette alliance.
Une bonne partie de la population ne veut plus entendre parler de politique active. Le motif étant que ceux qui ont promis de procéder à un nettoyage ne semblent pas être propres eux-mêmes. La quête des trois-quarts est devenue une question de vie ou de mort pour la dynastie. En voulant étouffer des voix qu’on n’aime pas avec le projet d’un amendement inopportun à la Constitution, ne voilà-t-on pas qu’on récolte exactement le contraire ! Avec le « bleuexit », c’est l’Opposition parlementaire que, par ricochet, le Gouvernement revigore ! Pour son grand malheur.
Ainsi verra-t-on cette année un gouvernement aux abois ? L’ICAC mourra-t-elle d’une belle mort comme le fut ECO, son prédécesseur ? Les opportunistes – pour ne pas dire les hypocrites – sont légion. Qui veut jouer au plus fin? Ne voit-on pas que « Bolom » veille au grain ? Et Paul aux aguets ? C’est dire que le recours au Conseil privé peut tout faire basculer! Ah ces jours quand la ‘’démocratie’’ peut jouer un sale tour à certains ! Et le déstabilisateur patenté a, pour une fois, vu juste. Le « scandale du siècle » ne finira pas de surprendre.
Maintenant que Xavier a quitté le paquebot Heritage de l’empereur-soleil (qui commence à prendre eau de toutes parts), comme il quittait jadis le Titanic idyllique du roi-lion, personnage dont on ne veut plus entendre parler, avec le sauve-qui-peut général qui arrive, les jeux sont faits. Tout en scellant le sort du MSM, laissant son ambitieux leader aux exigences du redoutable Ivan – méconnaissable, pourtant, ces jours-ci – il relègue Paul aux seconds rangs– ce dernier faisant contre mauvaise fortune bon cœur en soumettant volontairement sa démission en tant que leader de l’Opposition en un acte de fausse bravoure. Par ailleurs, le MSM aurait besoin du MMM pour affronter l’électorat vraisemblablement sous peu, ce qui sonnerait le glas pour l’encombrant ML, son leader n’ayant pas eu la sagesse de partir à temps comme le PMSD. Comme quoi, le pouvoir peut avoir des conséquences inattendues, sauf pour le fier coq qui a su tirer son épingle du jeu dans un nouveau rôle qu’il ne jouera peut-être pas !
Xavier, deux ans de gâchis et un pays en faillite, sauvé in extremis par l’Inde! Tu aurais dû m’écouter !