Remettre en lumière un pan de l’histoire artistique de la deuxième partie du 20e siècle et rendre hommage à un artiste qui a marqué toute une génération. C’est l’objectif des enfants de Serge Constantin, Rachel et David, qui ont souhaité honorer sa mémoire avec une “grande fête autour des arts”. Un père dont l’héritage est souvent difficile à porter mais dont l’authenticité et l’inspiration ont forgé le caractère des deux héritiers.
La démarche de Rachel et de David Constantin s’inscrit dans une volonté de reconnaissance de l’artiste. “Il est décédé en 1998. Maurice ne dispose pas d’espace national pour conserver la mémoire des artistes disparus, ce qui fait qu’ils tombent vite dans l’oubli.” C’est le cas pour “notre père, qui a pourtant marqué toute une génération et l’histoire de la peinture mauricienne”.
Ses enfants ont voulu montrer toute la palette du personnage, un peintre moderne qui continue d’inspirer les gens. Au-delà de l’artiste, Rachel et David veulent honorer la mémoire de leur père. “Après sa mort, nous avons volontairement ramassé ses affaires personnelles et les avons enlevées du circuit. Nous ne savions pas ce que nous avions et ne voulions surtout pas dilapider le fonds. C’était une manière de nous protéger”, confie Rachel Constantin. Avec pour résultat que Serge Constantin est demeuré dans l’ombre pour la nouvelle génération. Son fils ajoute qu’“à l’inverse de Malcolm de Chazal, mon père était quelqu’un de très discret et secret. On n’entrait pas facilement dans son intimité”. L’idée de cette rétrospective est de remettre Serge Constantin en lumière et de permettre aux jeunes et aux enfants de le découvrir.