THE RADIO PLUS 13TH ANNIVERSARY TROPHY — (C1&2/60+) — 1365M : Donnie Braso, la cerise sur le gâteau pour Swapneel Rama

Donnie Brasco qui attaque au bon moment pour résister au retour de Rear Admiral. Ce furent quelque peu part les seconds couteaux — on peut aussi y ajouter Albert Mooney — qui se disputèrent l’arrivée, alors que les Ryder Cup et Silver Bluff furent un peu en retrait, surtout le premier nommé.
Il était sans doute écrit que la 21e journée serait celle de Patrick Merven et de Swapneel Rama. En fait, ce dernier n’oubliera pas de sitôt ce 29 août 2015, jour qui lui a permis d’enregistrer son 100e succès au Champ de Mars. Cette victoire avec Donnie Brasco est plus qu’un bonus. On serait tenté de la décrire comme la cerise sur le gâteau, après que le Mauricien a fait maintenant partie des cavaliers ayant enregistré plus de cent victoires au Champ de Mars. Donnie Brasco était sa 101e réussite sur le plus vieil hippodrome de l’hémisphère Sud.
Oui, Donnie Brasco évoluait dans un champ moins relevé par rapport à la 17e journée. On aurait dû lui accorder une chance rien que sur sa prestation vis-à-vis de Polar Royale sur 1500m. Ce jour-là, il s’était fait quelque peu distancer et il a fallu que Swapneel Rama le sollicite pour ne pas concéder trop de retard.
Le parcours était réduit cette fois et il était dans une condition améliorée. Quand on regarde la course de plus près, on a trouvé que Donnie Brasco était plus à son affaire en dépit du fait qu’il était distancé par Twitter. Par rapport à Rear Admiral, qui possède généralement plus de vélocité, il n’était pas mal placé. Le gris ne le précédait que de trois longueurs.
À l’avant, Twitter se détendit comme à son habitude, ne laissant à aucun concurrent le soin de mener le peloton. Celui qui essaierait de contester sa supériorité à l’avant en paierait à coup sûr les conséquences.
Albert Mooney, avec la remise de 4 kg de son apprenti, fut lancé au départ pour prendre la foulée du leader que la majorité des turfistes voyaient s’effacer en ligne droite. Nous, nous avions fait mention qu’il avait, lors de la 5e journée, réalisé une belle performance sur le parcours du jour.
Ryder Cup s’était posté dans la position idéale derrière Albert Mooney. Kimberly Al se retrouva en épaisseur et eut un parcours difficile par la suite et termina sur les genoux.
Twitter imposa un rythme soutenu, mais ses poursuivants, avec Albert Mooney en tête, revinrent sur lui à partir du 400m. Ryder Cup et Silver Bluff se faisaient menaçants, tout comme Donnie Brasco, qui avait été lancé à l’extérieur. Rear Admiral, lui, fut dirigé vers le milieu de la piste pour trouver le bon passage.
Dans un premier temps, ce fut Albert Mooney qui mit le nez à la fenêtre. Donnie Brasco se mit aussi de la partie et eut la chance de voir le passage ne pas se refermer devant lui, quand Kimberly Al donna l’impression de vouloir verser à l’intérieur. Sur sa lancée, il prit l’avantage.
Puis, Rear Admiral trouva la bonne carburation dans les derniers mètres. Toutefois, Donnie Brasco continua sur le même rythme pour conserver une longue encolure d’avance. Albert Mooney s’accrocha à la troisième place devant Twitter, qui conserva une infime avance sur Silver Bluff. Compte tenu de la lice placée à 3,75m, le chrono de 1’21”65 constitue un bon temps pour la catégorie. Swapneel Rama a su fêter comme il se devait cette journée.
Pour en revenir aux engagés de ce sprint, la grosse déception vint de Ryder Cup, qui ne put participer à la lutte finale. Il fut relégué à plus de 2L du vainqueur.
 
Les autres courses
Gilbert Rousset : 700 victoires !

 
1. Lividus qui parvient à surmonter le handicap de sa ligne quelconque pour trouver une position à la corde. Le plus difficile avait été fait pour le gris de Shirish Narang, qui se contenta de suivre à son rythme, en attendant l’emballage final. Pendant ce temps, Jungle Skyline fut contrait à faire l’extérieur d’Obama, qui se montra le plus rapide au départ.  On s’attendait à voir Put Foot Singe dans le peloton de tête du fait qu’il avait hérité d’une bonne ligne. Mais le cheval se retrouva plus en retrait et sa position à la corde ne fut pas un avantage vu qu’il est un strong one-pacer. Mais toujours est-il que le rythme imposé par le meneur ne l’a pas contrarié, au contraire. On dira juste qu’il fut incapable de passer la surmultiplié et continua sur le même rythme. Lividus fut déboîté au bon moment, tandis que Kaafel fut, selon nous, enfermé et dut attendre la fin des false rails pour pouvoir progresser à l’intérieur. Il accéléra bien pour se retrouver à un peu plus d’une demi-longueur du vainqueur. Amber Palace termina plaisamment après avoir fait l’extérieur dans la dernière courbe. Beautiful Bhutan déçut, dans le sens où il fut dominé par Amber Palace, qui était derrière lui dans le parcours. City Treasurer semble, lui, retrouver ses marques dans cette valeur.
 
 
2. Le retrait du favori Arrowhead, qui avait chuté dans le rond des présentations, offrit la victoire sur un plateau à Mighty Lion, dont les gains furent diminués de quarante sous par roupie. Une simple formalité pour le représentant de Patrick Merven, qui sut saisir sa chance et retrouver le box des vainqueurs pour son entraîneur, qui avait fait chou blanc pendant deux journées. Vite en tête, Mighty Lion imposa sa loi. Comme il n’y eut aucun coursier pour le contrarier, il se contenta de courir à son rythme avant de sprinter dans les derniers 600m. Bright And Blue, qui avait suivi de près à l’extérieur, faiblit dans les derniers 200m. On peut se demander si son jockey n’aurait pas été plus avisé de tenter quelque chose. Cependant, comme sa monture fut sans accélération sur la fin, cette interrogation ne paraît pas de mise. Absalom s’était, lui aussi, positionné proche du meneur. Il fut toutefois incapable d’accélérer. Ice Trigger n’était pas loin et dut finalement se contenter de la troisième place, devancé par Dunraven, qui termina fort dans les derniers mètres. Bonne course de la part de La Foce après avoir suivi en dernière position. Grosse déception de la part de Brandewyn pour certains, alors qu’on ne l’avait pas trouvé bien dans sa peau à l’entraînement. On ne pense pas que le fait d’avoir été incommodé par Ice Trigger en ligne droit a vraiment joué contre lui. Par contre, on s’attendait à mieux de la part de Storm Alterno. Néanmoins, Imran Chisty plaida coupable d’une faute d’interférence et écopa d’une amende de Rs 25 000.
 
3. Max Rapax qui confirme sa supériorité actuelle pour permettre à Derreck David d’accroître davantage son avance en tête du classement des jockeys. Il possédait après cette course quatre unités de plus que Jeanot Bardottier. Strum, qui tentait sa chance pour la deuxième semaine de suite, dut subir la loi de Canadian Club, qui se montra plus véloce que tous ses adversaires. Du coup, on dut revoir la chose tactique du côté de Strum et de Max Rapax plus particulièrement. En fait, étant donné que Canadian Club se retrouvait en tête pour imposer un rythme soutenu, cela fit les affaires de Max Rapax. On chercha alors où était le porte-drapeau de Patrick Merven, Why Worry, et on vit qu’il était dernier et qu’il éprouvait des difficultés à suivre le rythme. Après la course, il fut trouvé qu’il n’avait pas bénéficié d’un bon départ et fut déclaré non-partant. 25 sous furent réduits des gains du vainqueur. Canadian Club tint bon jusqu’aux 600m. En fait, le peloton avait complètement refait son retard de quelque 5 longueurs avant le bas de la descente. Strum fut le premier à passer à l’attaque. Max Rapax attendit la ligne droite. Ce dernier se montra supérieur. La troisième place revint à Hancock’s Dynasty, qui domina Esteco pour le deuxième accessit. À noter que Gilbert Rousset comptabilisait 699 victoires au compteur après la victoire de Max Rapax.
 
4. Surprise à l’arrivée de la quatrième course avec la victoire de Prince Of Wings qui se montra le meilleur au finish. De son côté, Swapneel Rama profita de l’occasion pour entrer dans le club des centenaires, soit ceux qui comptent 100 réussites et plus. Cavalier plutôt discret, Rama mérite qu’on le félicite pour cet achievement. Si on peut accepter que Cash Lord eut un parcours difficile, ayant eu affaire à Liam et à Brave Leader dans sa tentative de trouver une bonne position dans le parcours. Ce fut finalement Brave Leader qui emmena le peloton et il imprima un rythme soutenu. Durant la course, on put voir que Prince Of Wings avançait bien et son jockey le laissait progresser pour se placer à l’extérieur d’Al Capitano. Tout restait possible dans l’emballage final. Prince Of Wings continua sa route à l’extérieur pour pointer le nez. Al Capitano, Liam et Rum Tum Tugger furent à la lutte pour la deuxième place et ce fut le premier nommé qui accrocha le premier accessit.  
 
5. Pont D’Avignon peut être un meilleur cheval que Bronco Buster, mais il s’est lui aussi avoué vaincu face à Dustan. On ne pense pas que sans la petite bousculade dont il fut victime en ligne droite il aurait pu l’emporter. Jeanot Bardottier prit la bonne initiative de lancer sa monture complètement à l’extérieur pour ne pas être incommodé en voulant à tout prix chercher un passage à l’intérieur. Ce que fit Derreck David, qui appréhenda le fait que son cheval portait 61,5 kg. Dustan était handicapé à 61 kg, soit 0,5 kg de moins seulement, mais il est un cheval de plus forte corpulence. Dustan est aussi un compétiteur qui préfère démarrer de loin. On avait fait de son mauvais parcours à sa dernière tentative qui l’avait certainement empêché à mieux terminer. Aspen Emperor faillit donc surprendre. Il avait lancé la course sur un bon rythme, tout en conservant des ressources pour bien terminer. Mais il fut rejoint à 50m de l’arrivée. Bonne course de la part de Wonder Kid, qui termina troisième. Castle déçut. Il se plaça devant tous les favoris, mais ne put accélérer. Il fut même dominé par Parker, qui resta one-paced en ligne droite. Les chevaux de Patrick Merven, Balse et Makes Me Wonder, ne furent pas à la hauteur de la situation. Jeanot Bardottier effectuait un retour gagnant et revenir à trois longueurs de Derreck David. Signalons que Dustan avait été incommodé au début du parcours, mais que la gêne qu’il subit ne put vraiment être établie du fait que Balse et Pont D’Avignon furent tous deux impliqués. Par contre, une enquête sera ouverte pour déterminer les responsabilités quand Pont D’Avignon fut débalancé en ligne droite. Notons qu’il fut constaté que Balse avait saigné. Quant à Kevin Ghunowa, il écopa d’une mise à pied d’une semaine pour avoir laissé Parker gêner Wonder Kid au 1500m.
 
7. La 700e en poche pour Gilbert Rousset. On l’attendait avec Pont D’Avignon, mais c’est avec Millenimesta qu’il fêta ce succès. S’il était, avant la journée, l’entraîneur ayant ramené le plus grand nombre de victoires, il a placé la barre encore plus haut. Au fait, chaque journée qui lui rapporte une victoire lui permet d’améliorer son score et cela continuera jusqu’à ce qu’il raccroche. En ce qui concerne la course, on assista à une lutte entre Power Dive et Adi Star durant la majorité du parcours. Si on parle de lutte, on veut surtout faire part que ces deux chevaux se retrouvèrent botte à botte du départ à l’arrivée. On pensait que le mieux placé était Al Mahara, qui suivait les deux meneurs. Il resta toutefois sans réaction quand Millenimesta accéléra peu avant la dernière courbe. On se dit à ce moment-là qu’il attendait la fin des false rails pour progresser à l’intérieur. Mais il manqua de punch. On assista ainsi à une belle ligne droite entre Adi Star et Millenimesta avant que Yoda Man ne vînt apporter plus de piment. Mais il était sûrement écrit que Millenimesta l’emporterait et que Yoda Man se contenterait de la deuxième place.
 
8. La dernière épreuve servit les desseins du favori Craftsman. Akash Aucharuz prit un très bon départ pour prendre la foulée de Skywalk Luke. Par la suite, Mucajai prit les devants pour imprimer un bon rythme. Craftsman fut déboîté pour bien se positionner en vue de l’emballage final. Le cheval de Shailesh Ramdin continua sur le même tempo jusqu’à 400m de l’arrivée. Tiger Island, qui avait pris position pour essayer de mettre à mal la supériorité du favori, fit illusion durant la première partie de la ligne droite. Cependant, Akash Aucharuz prit les dispositions nécessaires pour permettre à sa monture de donner la plénitude de ses moyens en fin de parcours. La cravache fut mise de côté vu la tendance de sa monture à tergiverser dans la ligne droite finale. Si Craftsman versa à l’intérieur, puis à l’extérieur, son cavalier put néanmoins le mettre sur le droit chemin et il conserva facilement l’avantage. Certains diront que Vinay Naiko n’avait pas pu en tirer le maximum la dernière fois. Il faut cependant prendre en ligne de compte que Craftsman avait cette fois pris un meilleur départ et que le parcours réduit doit aussi avoir contribué à son succès.