THE RADIO PLUS 13TH ANNIVERSARY TROPHY : Donnie Brasco pour le triplé de Rama

Donnie Brasco termine en force à l'extérieur pour régler les deux coursiers de Gilbert Rousset, Rear Admiral et Albert Mooney

Cette journée fut riche en émotions. D’abord pour Swapneal Rama qui franchissait le cap des 100 victoires au Champ de Mars après son joli triplé signé Mighty Lion, Prince Of Wings et Donnie Brasco pour le compte de l’entraînement Merven. Ensuite, c’était à Gilbert Rousset, qui après avoir détroné feu Serge Henry lors de la quatrième journée 2015 lorsqu’il ramenait, grâce à Bronco Buster, son 673e gagnant, de réaliser l’exploit en atteignant la barre mytique des 700 victoires en tant qu’entraîneur avec le succès de Millenimesta. Et ce record est appelé à évoluer vu que la riche carrière du sympathique entraîneur ne devrait pas prendre fin de sitôt.
The Radio Plus 13th Anniversary Trophy, disputée sur 1365m, constituait l’épreuve phare de ce vingt-et-unième acte en attendant le Ruban Bleu, qui sera l’attraction principale de la prochaine journée dominicale. Si Ryder Cup était donné comme le grand favori après sa deuxième place acquise derrière Tandragee, le premier représentant de Ramapatee Gujadhur nous avait paru en légère baisse de forme à l’heure des présentations. En revanche, son compagnon de box, Silver Bluff, était plus en verve. Cette débauche d’énergie le poussa à la faute dans sa boite. Il pointa, désarçonnant son cavalier et dut être examiné par le vétérinaire avant d’obtenir le feu vert pour participer à la course. Il obtint un parcours sans encombre dans le dos de Ryder Cup et fit illusion à mi-ligne droite, mais il lui manqua ce petit plus pour faire la différence. Ryder Cup fut incommodé par Twitter à 100 mètres du but et fut contraint de changer de trajectoire. Cependant, il ne donna jamais l’impression de pouvoir se battre pour la victoire cette fois.
Donnie Brasco fut, lui, aidé par le train ultra rapide de Twitter qui partit sur les bases d’une course de 1000m. Aussi, le parcours du jour était plus conforme à ses réelles aptitudes, car la dernière fois il était aligné sur 1500m, lui qui avait remporté ses quatre premières victoires mauriciennes sur 1400m. Lancé à l’extérieur dans le dernier virage, Donnie Brasco faillit toutefois ne pas aller au bout de son effort, car le passage se referma devant lui lorsque Kimberly Al versa à l’intérieur. Malgré un contact avec Silver Bluff, il eut finalement assez d’espace pour bien s’exprimer et mettre tout le monde dans le rouge.
Les deux représentants de Gilbert Rousset, Albert Mooney et Rear Admiral, furent crédités d’une bonne performance. Albert Mooney, qui avait été confronté à des ennuis de santé, aborait une robe améliorée et confirma ses récents progrès. Après avoir fourni un effort pour déborder Ryder Cup, il laissa partir Twitter. Il fut le premier à accrocher le fuyard dans l’emballage final, mais il se fit reprendre à quelques mètres de l’arrivée seulement. Rear Admiral demeurait sur trois victoires consécutives, dont les deux dernières en C3. Cette fois, il était aligné en C1/2, d’où son léger handicap. Habitué à évoluer aux avants postes, il se retrouva cette fois dans la seconde moitié du peloton. Il se battit courageusement dans la ligne droite finale, mais le but arriva probablement trop tôt pour lui.
Bonne performance également de Twitter qui se montra plus accrocheur que prévu sur le parcours du jour. Vu l’allure sélective imposée, tous croyaient sans doute qu’il allait s’effacer dans la ligne d’arrivée, mais le détenteur du record du kilomètre démontra qu’il est capable de bien faire sur 1365m également. Sa candidature mérite désormais d’être prise plus au sérieux dans un lot moins compétitif. La déception est venue de Kimberly Al qui se montra ardent le nez au vent.
Huit chevaux seulement s’élancèrent au départ de la deuxième épreuve suite au retrait d’Arrowhead, qui avait été victime d’une chute alors qu’il s’apprêtait à quitter le paddock. Rye Joorawon fut projeté à terre, mais il s’en sortit avec quelques contusions seulement et put rechausser les étriers un peu plus tard dans la journée. Ce retraît entraîna une déduction de 40 sous par roupie sur les gains du cheval vainqueur, tandis que les paris sur Arrowhead furent remboursés. Du déroulement de la course, elle fut simple et limpide pour Mighty Lion, le seul front runner du lot, qui eut le loisir d’imprimer son propre rythme sans être inquiété. Avec son poids plûme, on espérait voir Storm Alterno améliorer sa position, mais Naiko ne prit aucune initiative. Le meneur en profita pour imprimer un train d’enterrement et dans ces conditions, on savait que la tâche de ses adversaires, à l’instar de Bradewyn ou La Foce, qui auraient été mieux servi par un train rapide, serait compliquée. Dunraven est celui qui se montra le plus menaçant, mais il ne put combler tout son retard dans la ligne d’arrivée. Les 1850m furent couverts dans le modeste temps de 1.58.45, soit le moins bon chrono réalisé par un vainqueur sur ce parcours cette saison.
La 100e de Rama
Rama réalisa le doublé sur Prince Of Wings, qui était un gros outsider dans la quatrième épreuve vu qu’il retrouvait la compétition après plus de quatre mois. En revanche Liam, Cash Lord et Al Capitano étaient les plus chuchotés. Reste que peu avant le départ de la course, la cote de Prince Of Wings passa de Rs 3300 à Rs 1600 chez les bookmakers. Le vainqueur fut surtout servi par un bon rythme avec la lutte pour le commandement entre Brave Leader, Cash Lord et Liam. Lorsque le meneur réduisit l’allure au bas de la descente, cela permit à Prince Of Wings de se rapprocher. Rama dut même reprendre sa monture, qui débordait d’énergie, afin d’éviter de monter sur les talons de ses adversaires avant de la lancer à l’extérieur au poteau des 400m. Al Capitano et Liam tentèrent de revenir à son intérieur, mais Prince Of Wings avait déjà fait le trou pour s’imposer assez facilement. Il permit par la même occasion à Swapneal Rama d’enregistrer sa 100e victoire sur notre hippodrome, son premier succès remontant à 1998 lorsqu’il triomphait sur Divine Sign pour l’écurie Gujadhur.
Le Events Plus Trophy n’a pas livré de surprise. La victoire est revenue à Max Rapax, qui demeurait sur une facile victoire sur Craftsman sur le parcours du jour. Son principal adversaire annoncé se nommait Why Worry, mais ce dernier perdit ses chances au départ. Eprès enquête des commissaires, le cheval de Rama fut déclaré non-partant. Les mises sur Why Worry furent remboursées, tandis qu’une déduction de 25 sous fut effectuée. Malgré son manque évident de tenue, Canadian Club fut sollicité pour conserver la position tête et corde devant Strum. Bardottier n’insista pas longtemps et laissa partir la doublure de Patrick Merven qui partit sur de bonnes bases. Du reste, Why Worry, qui s’était élancé avec plusieurs longueurs de retard, eut du mal à recoller le peloton. Comme il fallait s’y attendre, le meneur baissa pied. Il était déjà attaqué par Strum à la rue du Gouvernement. Forcé en troisième épaisseur suite à cette offensive, David choisit d’attendre le dernier tournant pour solliciter Max Rapax. Strum se montra très accrocheur, mais il ne put contrer le finish du favori, qui permit à Gilbert Rousset de ramener son 699e gagnant en tant qu’entraîneur.
Si Patrick Merven s’est offert la plus grosse part du gâteau, Gilbert Rousset était également sous les feux des projecteurs avec un doublé, surtout avec Millenimesta, qui lui permit d’atteindre le cap de 700 victoires durant sa carrière au Champ de Mars. On eut droit à une arrivée de toute beauté. Si la victoire semblait promise à Adi Star ou Power Dive à l’entrée de la ligne droite finale, Millenimesta, qui suivit de plus près avec les œillères cette fois, se mêla également à la lutte à mi-ligne droite. Yoda Man comptait quelques longueurs de retard sur le groupe de tête dans la dernière courbe, mais sous la monte énergique de Jeanot Bardottier, il grignotta du terrain à chaque foulée. En dépit du fait que le passage se referma graduellement entre Power Dive et Adi Star, Bardottier ne lâcha pas le morceau, et c’est avec sang-froid qu’il s’infiltra dans un trou de souris avant d’émerger à quelques mètres de l’arrivée. Le but arriva cependant trop tôt pour lui, mais au bon moment pour Millenimesta, accueilli avec les honneurs par l’état major de son établissement.
Revoila Bardottier !
Après deux semaines d’inactivité forcée — il purgeait une journée de suspension après la semaine de trêve  —, Jeanot Bardottier s’est remis sur les bons rails sur Dustan engagé dans la cinquième course sur 1600m. A sa dernière tentative dans une épreuve de Groupe 1, Dustan n’avait échoué qu’à 1.95L de son compagnon d’écurie Roman Manner, précédant ce jour-là Pont D’Avignon, qui avait toutefois été incommodé à un moment crucial. La surprise faillit venir d’Aspen Emperor, qui tenta le pillar to post, mais alors que le rythme y était déjà, il fut forcé à durcir l’allure au bas de la descente avec l’attaque de Parker, qui était déjà sollicité aux abords du Tombeau Malartic afin de conserver sa position. Cela servit les desseins de Dustan qui mit également à profit sa tenue et sa classe naturelle pour forcer la différence au finish. Pont D’Avingon courut en dessous des prévisions et se fit même priver de la troisième place par Wonder Kid. A sa décharge, il fut débalancé à environ 150m de l’arrivée lorsqu’il fut tamponé par Blaze Of Noon après qu’il eut été poussé à l’extérieur par Parker qui penchait sur sa gauche avant d’être incommodé une centaine de mètres plus loin par Wonder Kid. Victorieux lors de ses deux dernières sorties, Castle montra ses limites face à ses adversaires du jour malgré une fin de course honorable à la corde. A noter que Kevin Ghunowa écopa d’une semaine de suspension pour avoir gêné Wonder Kid aux abords du poteau des 1500m.
Battu de peu par Cinchona lors de la dix-neuvième journée, Lividus profita de l’absence de son récent vainqueur pour renouer avec le succès. Le gris entraîné par Shirish Narang permit, du coup, à Kevin Ghunowa de continuer sur sa lancée après sa victoire sur Kingdom’s Key la semaine dernière. Lividus tira profit de son bon départ et il fit le plus difficile lorsqu’il s’installa à la corde devant le véloce Put Fut Singe. Dans le dernier virage, il fut lancé entre Obama et Jungle Skyline. Amber Palace contournait le peloton, tandis que Kaafel ne précédait que Parkwood et Beautiful Bhutan à ce moment de la course vu qu’il attendait l’ouverture à la corde pour porter son attaque et que Put Foot Singe ne put continuer sa progression après la route vu que Social Network se plaça à la corde devant lui avant d’être déboité quelques dizaines de mètres plus loin. La monture de Naiko se rapprocha vivement à l’intérieur, mais il eut trop de terrain à refaire pour pouvoir remonter Lividus. Le favori de la course, Beautiful Bhutan, qui restait sur une deuxième place derrière Gharbee, se montra moins percutant que prévu et se contenta de la quatrième place.
Après Roman Manner la semaine dernière, Akash Aucharuz se signala sur Craftsman, qui faisait figure d’épouvantail dans l’épreuve de clôture. Certes, on peut évoquer que les 1500m étaient un peu longs lorsqu’il se fit battre par Max Rapax, mais on persiste à croire qu’il aurait pu prétendre à mieux ce jour-là s’il ne s’était pas laissé prendre de vitesse au démarrage par le futur gagnant. Cette fois, Craftsman s’installa vite sur le flanc gauche de Skywalk Luke, qui fut vite débordé par Mucajai vu que la course ne fut pas lancée sur des bases élevées. Tiger Island fit illusion à l’entrée de la ligne droite, mais malgré ses changements de trajectoire, Craftsman s’imposa avec une certains assurance. Sur cette performance et s’il gagne en maturité, cet alezan de 5 ans est appelé à encore grimper les échelons sur notre turf.


Gilbert Rousset atteint la barre de 700 victoires
Devenu recordman de victoires au Champ de Mars après la réussite de Bronco Buster le 25 avril dernier, record jusque là détenu par le regretté Serge Henry, Gilbert Rousset a placé la barre encore plus haute hier à l’occasion de la 21e en journée en devenant le premier entraîneur à Maurice à toucher la barre de 700 victoires. L’histoire retiendra que c’est Millenimesta qui lui a permis d’atteindre ce chiffre mythique. « C’est le fruit d’un gros travail accompli depuis des années. Je ne peux qu’être fier de cette performance. Sans les members et leurs investissements, je n’aurais pas été là », a-t-il déclaré à chaud. Que dire de Gilbert Rousset si ce n’est qu’il  a toujours mis le professionnalisme au centre de son travail, s’entourant d’un personnel compétent et dédié à l’image de son bras droit, Soodesh Seesurrun, qui a été à ses côtés depuis le début. Malgré une carrière jalonnée de succès, dont 19 classiques (7 Duchesse, 4 Barbé, 4 Maiden et 4 Coupe d’Or), l’homme est resté humble. Des unités de valeur, il en eu connu à la pelle grâce au soutien indéfectible de ses nombreux propriétaires. Nous avons en tête des coursiers tels que Facet’s Magic, Captain’s Knock, Intercontinental, Green Keeper, Mr Brock et Disa Leader pour ne citer qu’eux. D’ailleurs, il a dit de ce dernier qu’il est le meilleur cheval qu’il ait jamais entraîné au cours de sa longue carrière. Gilbert Rousset a aussi travaillé avec quelques fines cravaches que sont Robbie Fradd, Shane Dye, Kevin Shea et autre Johnny Geroudis. Outre les classiques remportées, il a aussi à son palmarès cinq titres d’entraîneur champion (1987, 2009, 2010, 2011 et 2013). Si sa 500e victoire fut ramenée par Green Keeper en 2011, sa 600e est intervenu deux années plus tard avec Ghost Dog.