Raj Ramdin a eu chaud. S’il était habitué à se retrouver en bas du tableau, l’entraîneur a failli voir dix-sept ans de carrière voler en éclat car il avait reçu à la mi-saison une correspondance du MTC faisant part de son manque de résultats et de la possibilité que sa licence ne soit pas renouvelée s’il ne remplissait pas les conditions établies par l’administration.
Conscient des enjeux, Raj Ramdin, aidé de quelques propriétaires dont Bernard Lincoln et Denis Hardy, a mis les bouchées doubles afin de sauver son écurie. Ainsi, son score, qui avait stagné à deux succès pendant dix-huit journées, devait se remettre à évoluer avec la victoire de Shield Of Thunder. Ce même coursier lui offrit un troisième succès lors du trente-et-unième acte durant lequel il sortit de la zone rouge grâce au surprennant Tembot, piloté par Dinesh Sooful. Please To Progress a émulé le gris la semaine dernière à l’issue d’un pillar to post, qui a fait jaser, mais dont le déroulement est passé comme une lettre à la poste dans la chambre des commissaires.
Le 12-ans, Steel Of Approval, apporta sa pierre à l’édifice avec une écrasante victoire (5.95L), tandis que Spin A Coin fut le seul de ses deux nouveaux à s’imposer, Freezing Point ayant succombé à une colique après six sorties sur notre hippodrome. Raj Ramdin a aussi mis à la retraite plusieurs chevaux, nommément The Colonels Son, Pilot Mike, Arguto, Baynesfield, Sherwani et Saint John Bosco, minés pas des ennuis de santé ou tout simplement jugés pas compétitifs.
Suite à cet épisode traumatisant, Raj Ramdin a décidé de ne plus jamais revivre une telle situation. L’entraîneur a décidé de prendre le taureau par les cornes. Il compte sur le soutien des ses propriétaires pour investir dans la qualité l’année prochaine et non pas puiser dans la population locale comme cela a souvent été le cas dans le passé, car il est déterminé à ne plus se retrouver au bas de l’échelle.