RAMESHWAR GUJADHUR : Eastward Bound met Chisty sur orbite

Eastward Bound (Imran Chisty) résiste au retour de Tiger Master pour décrocher sa première victoire sur notre turf

Trois semaines. C’est le temps qu’il a fallu à Imran Chisty pour relancer la machine de l’entraînement Rameshwar Gujadhur, grippée depuis le succès de Mr Leyend lors de la 18e journée. Une victoire qui en appellera beaucoup d’autres, c’est du moins le souhait de l’Indien, le troisième cavalier à défendre les couleurs du King of Long Shots cette saison.
On l’attendait surtout avec Mr Leyend lors du 23e acte ou du moins avec Seven Fountains samedi dernier, mais c’est par l’entremise d’Eastward Bound qu’Imran Chisty a décroché sa première victoire pour le compte de son nouvel employeur. « It always feels good to have a winner. I could have made it last week but it was bad luck with Mr Leyend bleeding (NDLR : des traces de sang furent découvertes dans sa trachée). But it’s not been so bad because I’ve been able to break the ice on the third meeting since my return », nous confiait du reste le jockey indien en fin d’après-midi samedi dernier.
Si d’aucuns pensaient que la cravache de l’entraînement R.Gujadhur allait démarrer en trombe sa nouvelle aventure mauricienne, le principal intéressé nous a avoué ne pas avoir ressenti de pression additionnelle pour ramener son premier gagnant. « It’s true that it’s usually difficult when you are not winning races but I have to say that I’m not riding that many quality horses which would help me to win week in week out. However, I am happy with the way our horses have been running. I’m just glad for the stable and myself for this first winner ».
Hormis sa course de rentrée où il avait échoué à plus de 12L du gagnant, Eastward Bound n’avait pas été ridicule, et même s’il revenait après une longue mise au vert, son entourage nourrissait un silent hope à son sujet dans ce lot peu compétitif. « We were pretty much fancying Eastward Bound’s chances today. The only question mark for us was whether we could get an easy lead. I saw his previous races and I must say that he was not riding that bad. He was working well with me and the field was not that outstanding. He did get tired the last 50m though and that was the hardest part. Hopefully, we got there and won », nous a déclaré tout heureux notre interlocuteur.
Seven Fountains malchanceux
À bien regarder la carte de ce fils d’adoption du sol – il est marié à une Mauricienne – Seven Fountains paraîssait, sur le papier du moins, être une autre belle cartouche, mais ce sujet de Trippi n’eut pas toutes ses aises dans l’emballage final. « I was a bit disappointed with Seven Fountains because he never showed any keenness into the race. Unfortunately, I had to check him in the last bend and I think that’s where I lost the race. I was already on the bridle and I had to stop. By the time I got him back into the race, the winner had already taken a break on me. But I would not say it was a bad race because he’s still a maiden », a tenu cependant à relativiser Imran Chisty.
Top Of The Chocs, qui venait pourtant tenter sa chance sur le kilomètre dans une classe inférieure, n’a pas eu droit à un parcours sans encombre, se faisant chahuté par Win A Million sur la partie initiale de l’épreuve. Bien que son coursier ait été le plus souvent aligné sur cette distance, le jockey indien semble ne pas être convaincu pour autant. « Top Of The Chocs ran well but I don’t think he’s a 1000m horse. I still think he should be better off on 1365m as he does not have the speed to go and sit well up all the time on such a short trip ».
De ses autres montes de la journée, Imran Chisty nous dira que Cirac avait besoin de cette course, lui qui revenait après un long lay-off. Alberts Day ne lui a pas fait  forte impression tandis que Reim, qu’il pilotait pour le compte de l’entraînement Gujadhur dans l’épreuve principale, demande du temps à s’adapter aux conditions locales. « I don’t think Reim is a horse for this season. He’ll probably be better next year because he’s taking time to come up », a-t-il estimé.
Et quid de ses attentes pour le reste de la saison ? Bien qu’il admette que la compétition est rude, Imran Chisty reste optimiste de finir la campagne sur une note positive. « We have some decent horses at the stable but a few of them have already reached their class so it’ll be very hard for them to win more races. But we have others who are coming up and we are just hoping we find the right races for them ».