RAMGOOLAM : «Soodhun doit être destitué immédiatement »

L’ex PM : «Les propos de Soodhun constituent une déclaration de guerre contre l’unité nationale »

Le leader du PTr, Navin Ramgoolam, a qualifié ce matin les propos tenus par Showkutally Soodhun contre une composante de la population d’« extrêmement graves », estimant que c’est une déclaration de guerre contre l’unité nationale. Il a fait sa déclaration lors d’une conférence entièrement consacrée à cette question donnée au quartier général de son parti. Il a, par la même occasion, réclamé sa destitution immédiate comme vice-Premier ministre et comme député.
De son côté, le chef de file du PTr au Parlement, Shakeel Mohamed, s’est rendu à l’Assemblée nationale immédiatement après la conférence de presse pour déposer une motion de blâme contre Showkutally Soodhun.
Navin Ramgoolam a d’entrée, ce matin, qualifié les propos du vice-Premier ministre et ministre du Logement de révoltants, inacceptables et dangereux. « C’est bien triste pour une nation de voir un vice-Premier ministre mettre en péril l’unité nationale », a-t-il déclaré. « Malgré cela, il est encore membre du parlement et a siégé au conseil des ministres comme si rien n’était. Aucune sanction n’a été prise contre lui depuis que ses propos racistes contre une composante de la population ont été rendus publics », a-t-il ajouté.
Il a accusé le Premier ministre Pravind Jugnauth de jouer du mauvais cinéma en affirmant qu’il n’était pas au courant. « Ce qui est anormal pour un ministre de l’Intérieur qui montre ainsi son ignorance. Il n’a encore pris aucune action contre ce ministre et a institué une enquête », a dit Navin Ramgoolam. Il s’est demandé sur quoi exactement l’enquête sera effectuée et prévoit que les enquêteurs arrivent à la conclusion qu’il y a eu manipulation de l’enregistrement et que les choses se poursuivront normalement pendant deux ans jusqu’à la dissolution du parlement.
Navin Ramgoolam a rappelé les mesures immédiates qu’il avait prises lorsqu’il avait appris qu’un de ses senior minister avait tenu des propos racistes contre le leader de l’opposition lors d’un congrès nocturne. « Le lendemain, je l’ai appelé pour lui demander des explications et comme il ne m’a pas convaincu je lui ai annoncé que je lui enlevais son ticket, même si je savais qu’il était un candidat clé pour cette circonscription ». Il estime que de la même manière, Pravind Jugnauth aurait dû avoir appelé Showkutally Soodhun pour lui dire s’il a oui ou non tenu de tels propos et de prendre une décision immédiatement. Par ailleurs, le leader du PTr s’est demandé ce que faisait Sherry Singh dans la réunion d’urgence organisée au bureau du Premier ministre pour se pencher sur l’affaire Soodhun. Il a observé que le MSM est connu pour ses propos communaux, il a cité notamment la tentative d’introduire les langues orientales au CPE au détriment de la communauté créole. Il affirme qu’il s’était opposé à cette démarche. Il a aussi critiqué l’indécision du Premier ministre face aux déclarations de nature raciste effectuées par un officier de police contre un haut gradé. Selon lui, l’heure est venue de descendre dans la rue. Invité à préciser ses propos, il a affirmé qu’il faudra voter en faveur du candidat travailliste à Belle-Rose/Quatre-Bornes.