Dernier au classement des entraîneurs avec cinq victoires pour un peu plus d’un million de roupies de stakesmoney, Randhir Pertaub n’a pas eu une saison de tout repos. Non seulement a-t-il hérité de la cuillère de bois, mais il n’a aussi pas réussi à satisfaire les critères initialement imposés par le Mauritius Turf Club, à savoir remporter huit victoires et atteindre la barre de Rs 2M comme stakesmoney. Le fait qu’il soit toujours en liste pour la nouvelle saison tient à sa capacité d’avoir pu convaincre le Club que son manque de réussite a été principalement dû au fait qu’il a perdu des chevaux compétitifs en cours de route et qu’il n’a pu les remplacer comme voulu. Les Perfect Circle, Gameloft et à un degré moindre Parker sont les chevaux sur lesquels Randhir Pertaub fondait de gros espoirs.
Dans sa démarche de rectifier le tir cette année, Randhir Pertaub devait nous confier qu’il a pris toutes les dispositions pour qu’il ne rencontre pas les mêmes inconvénients que l’an dernier. « Avec mon partenaire sud-africain, on compte jeter de nouvelles bases pour mon écurie. C’est ainsi que tous les chevaux courront à mon nom, comme ce fut le cas en fin de saison dernière. Ce qui nous évitera de mauvaises surprises en cours de route. Je peux vous dire qu’on a l’ambition de mieux faire cette année », laisse-t-il entendre.
Justement, comme compte-t-il s’y prendre, vu qu’il ne possède pas le plus compétitif des effectifs ? « C’est vrai que mon effectif n’est pas faramineux. Mais vous remarquerez que les anciens ont perdu pas mal de points à l’échelle des valeurs et même si la majorité d’entre eux se trouvent actuellement au plus bas de la hiérarchie, je suis persuadé qu’il pourront tirer leur épingle du jeu. »
En ce qu’il s’agit des nouveaux, avec l’option brésilienne avortée en raison de l’absence d’un protocole d’accord avec cet État d’Amérique latine, Randhir Pertaub n’a eu d’autre choix que se tourner vers l’Afrique du Sud pour le renouvellement de son effectif. C’est ainsi qu’il a déjà fait l’acquisition du prometteur Anweringeneris et qui est sur place. Ce jeune coursier n’a certes pas encore gagné la moindre course mais a pour lui d’avoir terminé deuxième lors de ses deux seules tentatives dans son pays natal. Ce dernier sera rejoint début avril par trois autres compagnons, à savoir Clifton Surf, Fort Ozarc et Al Firenze. D’autres acquisitions sont prévues pour juin, nous a fait comprendre l’entraîneur.
Pour mettre toutes les chances de son côté, Randhir Pertaub s’est aussi attaché les services de Preetam Daby. Cet ancien jockey, qui officiait comme Stable Supervisor la saison dernière au sein de l’entraînement Narang, a été reçu aux derniers examens d’assistant-entraîneur en décembre dernier et Randhir Pertaub compte bien en tirer le maximum. « Preetam est avant tout un ami de longue date. Il a déjà monté pour moi par le passé et c’est quelqu’un avec qui je m’entends bien. Ses 25 ans d’expérience ne pourront qu’être bénéfique à l’écurie. »
Même s’il n’ose pas s’aventurer à se fixer un objectif, Randhir Pertaub est convaincu qu’avec un bon mélange d’anciens et de nouveaux, son établissement pourra tirer son épingle du jeu. C’est donc avec optimisme qu’il démarre cette nouvelle saison, en espérant très vite se mettre à l’abri pour éviter toute tracasserie de fin de saison.