Se masquer pour pénétrer l’univers d’Evan Sohun et de Julie Stephen Chheng

Le 18 janvier à 10 h, à l’Institut français de Maurice (IFM), rendezvous est donné aux enfants comme aux adultes pour associer des activités purement manuelles, telles que le dessin et le découpage, aux technologies les plus pointues, avec les outils en réalité augmentée qui accompagnent et figurent au cœur de l’exposition “TNT, les Toudims et les Tanukis”. Au terme d’un parcours riche en surprises poétiques particulièrement visuelles, les participants pourront connaître leur animal totem selon les lois mystiques de la nature !

Impossible de connaître le peintre Evan Sohun sans avoir découvert ses Toudims, ces petits personnages aux allures de chiens anthropomorphes, qui peuplent les bandes dessinées, et depuis quelques années les tableaux, de cet alchimiste qui transforme le quotidien en pays fabuleux. En revanche les Tanukis de la designeuse française Julie Stephen Chheng sont inconnues sous notre ciel, sauf depuis le 5 novembre, où ils ont commencé à interagir ave les visiteurs de l’exposition de l’IFM. De prime abord, l’immense fresque qui recouvre les quatre murs de la galerie affichent les atmosphères débonnaires du peintre mauricien.

Mais cette fois, elles sont également peuplées d’animaux étranges nés de l’imagination débordante de Julie Stephen Chheng et inspirés de la mythologie japonaise. Ils répondent au nom de Tanukis, les esprits de la nature ! L’artiste a travaillé avec un spécialiste de la programmation en réalité augmentée pour mettre ces personnages en mouvement et ajouter un peu de sens ludique dans l’exposition. Depuis le 5 décembre, ses visiteurs ont découvert à l’aide d’une tablette fournie à l’entrée, que chacun de ces étranges petits et grand Tanukis se mettent à bouger et à parler lorsqu’on les fixe avec la caméra de la tablette ou celle du smartphone.

Hibou qui fait tomber la pluie grâce à une aile magique, lémurien dormeur qui se réveille au milieu d’un rêve, chat mystérieux et autres oiseaux fendant les nuages à une vitesse supersonique, ces personnages sont en réalité des êtres mystiques qui n’ont d’autres soucis que d’aider le visiteur à mieux se connaître… Ainsi, tout au long du parcours, ils lui posent des questions, et une fois assemblées à la toute fi n de la visite, sur le dernier tanuki, les réponses enregistrées sur la tablette déterminent les qualités du visiteur et son animal totem. On peut par exemple apprendre que l’on est « enthousiaste et honnête » et que son animal totem est en conséquence le chien. Les participants à cet atelier vivront ensemble cette visite palpitante, mais ils vont avant cela commencer par imaginer et dessiner un décor pour des petits stickers en réalité augmentée qui leur seront fournis… Ensuite, après la visite, ils découperont le masque de leur animal totem… ce qui a permis lors d’un premier atelier en novembre de prendre la photo de groupe ci-contre.