RÉAPPARITION DU RAPPORT INTÉRIMAIRE PARRY : Le conseiller de sir Anerood Jugnauth au pied du mur

Richard Parry et son assesseur Georges Ben Gun affirment dans deux courriels avoir remis une copie du rapport intérimaire à Dev Beekharry 
  • Les trois Britanniques reprochent à l'État Mauricien de ne pas les avoir soutenus et des « monies » non payés

C'est le grand déballage. Depuis plus de deux ans, Week-End comme les turfistes réclamaient à cor et à cri que soit rendu public le rapport intérimaire des trois Britanniques, engagés par le gouvernement de Navin Ramgoolam en 2014 pour mener une commission d'enquête sur les courses. Ce rapport qui fut la source de biens des rumeurs et des spéculations et qui avait "disparu" du bureau du Premier ministre. Toutefois, il est réapparu mardi dernier lors d'une PNQ du leader de l'opposition, Xavier-Luc Duval, qui en a déposé une copie à l'Assemblée nationale, de même que quelques courriels se rapportant à ce document. Ces correspondances électroniques laissent comprendre à quel point Richard Parry, George Ben Gunn et Peter Scotney sont en rogne contre l'actuel gouvernement. En effet, les trois Britanniques estiment avoir été écartés par l'État après la soumission du rapport final, et de ne pas avoir été payés.
Parry double la mise pour Beekharry
« We now strongly question whether you actually intend to pay us and whether the few responses for Mrs Nowbuth over the past six months have merely been delaying tactics to persuade us to give up seeking the settlement of our final invoices ». C'est en substance les propos de George Ben Gun dans un courriel adressé à Dev Beekharry le 12 janvier 2017. À cette époque, sir Aneerood Jugnauth était encore Premier ministre et Dev Beekharry agissait comme son conseiller en communication. La teneur de ce courriel, qui a été circulé durant la PNQ, montre bien la colère des Anglais face au désintéressement total du bureau du Premier ministre et de ses agents après que le rapport de la commission d'enquête a été remis.
« Notre préoccupation n'est pas seulement pour notre argent, mais relève aussi du fait que ni le président de la Commission d'enquête, Rick Parry, ni Paul (Scotney) et moi-même (Geroge Ben Gunn) n'avons été notifié de façon formelle par le bureau du Premier ministre sur ce qui est advenu du rapport de la Commission d'enquête, intérim et final, de même que les recommandations », écrit Georges Ben Gunn dans ce même courriel. Plus grave encore ce dernier vient soutenir que « The handing of the highly sensitive interim report is also shrouded in mystery in spite of a copy being handed personnally to you (ndlr : Dev Beekharry) by Rick Parry in March 2015. The contents of the Reports were crucial to the suject matter of the subsequent Judical Review », relève encore Ben Gunn.
Épais mystère
Il va sans dire qu'il existe effectivement un épais mystère autour de la disparition du rapport intérimaire, confirmée une première fois par SAJ lui-même le 9 septembre 2015 en réponse à une question du député Rajesh Bhagwan. Puis mardi dernier par le fils, Pravind Jugnauth, devenu entre-temps Premier ministre. Ce dernier a indiqué que ce rapport était « untraceable » au PMO lors du PNQ du leader de l'opposition. Mais il n'y a pas que Ben Gunn qui a levé la voile sur le mystère de la disparition de ce rapport du bureau du PM.
Dans un courriel à Xavier-Luc Duval le 14 juin, soit mercredi dernier, Richard Parry, président de la Commission d'enquête, vient affirmer que le 19 mars 2015 il a eu une réunion de 35 minutes avec le Premier ministre, soit nul autre que sir Anerood Jugnauth. Le Britannique informe qu'il était accompagné par M. Seebah, le secrétaire de la commission, en présence de MM. Ballah et Beekharry. « Handed two hard copies of the Interim Report to the Prime minister and after a brief examination of the document, he said it must be acted upon without delay », ajoute le pésident de la commission. Il a indiqué dans ce courriel à Xavier-Luc Duval — dont une copie a été déposée à l'Assemblée nationale par Adrien Duval (fils de XLD)— qu'il est disposé à venir à Maurice pour soutenir ses déclarations sous serment.
Quant au courriel de Ben Gunn, ce dernier reproche à Dev Beekharry de ne l'avoir pas informé de ce qu'est advenu des « consultants report and the recommendations » soumis en juin 2016. L'Anglais se dit victime d'un « lack of courtesy by the Prime Minister's Office », qui n'a pas informé ni lui ni ses collègues des développements intervenus depuis que le rapport de la commission d'enquête a été remis à Dev Beekharry et sir Anerood Jugnauth en mars 2015.
Retour à Maurice
En raison d'une absence d'informations, George Ben Gunn écrit que lui et ses deux autres amis comptent venir à Maurice pour rechercher des informations sur les questions suivantes :
(1) Que s'est-il passé avec le rapport final et intérim de la commission d'enquête et qu'est-ce qui a été fait concernant les recommandations dans les différents rapports ?
(2) Que s'est-il passé avec le rapport Gunn-Scotney et ses recommandations ?
(3) Qui a représenté Parry, Gunn et Scotney dans le procès de demande de Judical Review et comment cette affaire a-t-elle été traitée en leurs noms face à la demande faite (par le MTC) ? Pourquoi personne d'entre nous n'a été informé qu'une demande de Judical Review avait eu lieu et pourquoi personne ne nous a informés des décisions subséquentes?
(4) Pourquoi aucun paiement n'a été fait pour Gunn et Scotney en rapport à leurs derniers invoices. Il y a désormais plus de sept mois de retard de paiement.
George Ben Gunn demande à Dev Beekharry d'informer le Premier ministre et de faire « the courtesy of a prompt rely us ». En raison de tout le remous politique autour de cette affaire, Ben Gunn indique qu'il enverra une copie de son courriel à Xavier-Luc Duval, de même qu'à la British High Commissioner.

RAPPORT INTÉRIM : Trois personnes pointées du doigt
Long de sept pages— dont deux annexes qui sont (a) les conditions de la commission d'enquête et (b) les courses suspectes qui méritent une enquête—, le rapport intérimaire des Rottweillers anglais pointe du doigt principalement trois personnes. « The principal targets should be those who are orchestrating the criminal activity, in particular the investigation should centre on, but not be limited to (i) Paul Foo Kune (race horse owner, stable manager and bookmaker), (ii) Budheswar Gujadhur (licensed trainer for Foo Kune) and (iii) Alain Salva (bookmaker). »
Les Anglais ont mis l'emphase dans ce rapport sur l'urgence de la situation et ont recommandé la création d'une Specialist Criminal Investigation Team. Dans la foulée, les Britanniques ont donné des indications sur les moyens qui doivent être mis à la disposition de cette Team, et aussi comment elle doit être structurée et comment elle doit fonctionner.
Nous y reviendrons…